Magazine

Dégustation entre amis Provençaux et Rhônais (2ème partie)

Publié le 28 octobre 2008 par 20divin

La 5ème bouteille est la cuvée Relic du domaine Standish.

Ce vin Australien est élaboré à partir de 93% Syrah et 7% Viognier.
C’est une découverte pour tous, personne ne l’ayant gouté, ni d’autres vins du domaine.

La robe est très foncée, opaque sur les 3/4 puis rouge profond sur le disque.

Au nez c’est très puissant, le fruité est gigantesque sur les fruits rouges et noirs, la mûre se taillant la part du lion.

La violette ajoute une touche finale à un bouquet marqué également de notes de zan et d’agrules confit (viognier).

En bouche,c’est d’une gourmandise absolu, on croque du fruit, on y revient,encore et tout au long de la dégustation.

Extrêmement mûr, le vin malgré sa puissance reste équilibré et on ne ressent aucun boisé, aucune touche vanillée dérangeante ou un côté sucré qui se retrouvent parfois sur certains vins Australiens.

La référence que l’on pourrait avoir me dit Olivier c’est un Hermitage 2003 vu le côté solaire du vin et sa puissance.

Le seul bémol c’est qu’à deux par son côté plein de fougue et son opulence il doit être dur de finir la bouteille

;)
; amateur de finesse passez votre chemin; gourmand invétérés foncez !

Note Plaisir (17/20)

Le dernier rouge c’est Grange Penfold’s 2001.

Un grand moment…
Comme sur quelques rares millésimes 2001 est élaboré à partir de 100% syrah.

La robe est particulièrement foncée, le vin est noir dans la carafe.
Bien que nous 6 ayons reconnus les qualités du vin précédent, à défaut d’être tous enthousiaste sur le style, cette bouteille va mettre tout le monde d’accord et ce immédiatement.

C’est un grand vin, tout simplement qui pour notre grand plaisir nous a régalés tant au nez, envoûtant, complexe sur les fruits noirs, un côté fumé superbe,une classe et une fraîcheur évidente avec un plus exotique (figues).
Nous avons du mal a redresser la tête tant ce vin sent bon !!

En bouche,là aussi un grand moment:c’est puissant, long complexe, frais, équilibré, bref nous ne trouvons que des qualités à ce vin, son seul défaut sera d’être conditionné ce jour en bouteille.

Pour avoir bu un 1991 l’année dernière de très grande qualité là aussi et d’une fraîcheur et d’unejeunesse insolente, j’attends avec grande confiance ma 2eme bouteille en cave connaissant l’aptitude de Grange à perpétuer son excellence dans le temps.

Je remercie Anthony qui m’avait fait découvrir ce Grange 1991 chez lui et m’a donné le déclic pour acquérir ce vin.

Note Plaisir (19,5+/20)

Le 1er liquoreux est le vin d’Autan 1989 de R.Plageoles

Un 1997 bu il y quelques années était magnifique, une visite au domaine cette année confirmait tout le bien de cette production à Gaillac.

La robe est particulièrement évoluée d’un orange foncé, les larmes sont épaisses et restent accrochées aux parois.

Le nez est essentiellement sur les fruits secs, les figues, les dattes séchées et la noix.
En bouche, nous retrouvons ces notes, noyées dans une grande douceur avec l’orange confite.

La sucrosité est très importante, l’acidité semble avoir disparu avec l’âge ce qui à la fois rend pesant ce vin et le prive d’énergie.

Le kaléidoscope de saveurs que j’avais dans le 1997 avec des fruits blancs , jaunes, rouges comme la groseille et également ces fruits secs n’est clairement plus là, c’est bien dommage, j’espérais beaucoup de cette bouteille, le millésime 1989 étant réputé comme très réussi chez ce vigneron.

La bouteille provenait d’une cave de Béziers de grande qualité.

Note plaisir (15,5/20)

La dernière bouteille sera une 375 ml , le Château d’Yquem 1988

Trop déçu pour terminer cette dégustation sur ce vin, je décide au dernier moment d’un bonus.
Après un bon 1989 et un très bon 1983 c’est le 3ème millésime des années 80 que j’ai la chance de gouter cette année.

Il me sera dur au final de le départager avec le 1983 en terme de plaisir.

La robe est d’un or lumineux, brillant.
Le nez est comme on l’attends pour ce vin, très réussi, complexe et frais, il fait bien plus jeune que son âge. Des arômes d’ananas de noix de coco, d’un léger vanillé , de pêche et d’orange sont nets et précis.

En bouche c’est parfaitement équilibré et long,aucun défaut technique de l’attaque à la finale.

Très jeune, j’ai l’impression que le 1988 chez d’Yquem n’est pas encore prêt,à attendre au moins 5-10 ans de plus.Très bon une fois de plus.

Note plaisir (18+/20)

Je n’arrive pas à trouver un yquem exceptionnel , bien sûr c’est toujours soit très bon soit excellent.
Il me manque l’émotion, le côté parfait techniquement peut-être me l’enlève et m’empêche de l’apprécier autant qu’il le vaut bien ? ;).

Pour en terminer je tiens à remercier tous mes amis pour s’être rendus disponibles ce Dimanche et pour certains, domiciliés dans d’autres départements d’avoir fait le déplacement pour participer dans une ambiance chaleureuse à cette dégustation.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


20divin 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog