Magazine Cinéma

Rocknrolla

Par Rob Gordon
De film en film, Guy Ritchie a su imposer son style et se faire un nom. Bientôt, il pourrait même devenir un adjectif. Ritchien, adj. : caractérise un film se distinguant par une logorrhée abrutissante et des situations imbéciles ou déjà vues. Ce qui pouvait à la rigueur amuser dans Arnaques, crimes et botanique ou même Snatch est désormais complètement insupportable. D’un postulat trop classique (deux branques se mettent en quatre pour rembourser un gros bonnet), Ritchie tire un film éreintant à force de bavardages ininterrompus. Imaginez une heure cinquante-quatre d’un blabla même pas bien écrit par un auteur persuadé qu’il est le nouveau génie du dialogue, quelque part entre Tarantino et Audiard. L’horreur.
Si l’on a presque envie d’être indulgent avec Rocknrolla, c’est simplement parce qu’il est quand même moins affligeant que le surréaliste Revolver, hallucinant condensé de nullité philosophico-filmique. Le film est mauvais, mais complètement inoffensif, copie quasiment conforme des deux premiers Ritchie. Comme toujours, il multiplie les personnages jusqu’à saturation, donnant au final l’impression de les avoir à peine effleurés (si bien qu’on se fout totalement de leur mort éventuelle). Les tortures débiles et les McGuffin sans intérêt font également partie de ses obsessions. Et pas question d’être original : par exemple, le caïd (bien) joué par Tom Wilkinson rappelle trait pour trait celui qui donnait ses ennemis aux cochons dans Snatch.
Rocknrolla est typiquement le genre de film qu’un ado sur deux a envie d’écrire lorsqu’il commence à découvrir le cinéma : sur le papier, c’est fun, y a de la gonzesse, du bling-bling, de la violence froide (à sauver, une course-poursuite avec deux russes indestructibles) et de l’humour décalé. À 40 ans tout pile, Guy Ritchie devrait peut-être songer à devenir adulte, et à se lancer dans des projets un peu moins puérils. Sherlock Holmes, qu’il tourne actuellement avec Robert Downey Jr., donnera-t-il un sens plus noble à l’adjectif ritchien ? Pas sûr, d’autant que le générique de fin de Rocknrolla annonce une suite encore plus régressive. Espérons que ce soit de l’humour.
3/10
(également publié sur Écran Large)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (5)

Par l'ami
posté le 23 mai à 04:52
Signaler un abus

encore REVOLVER je comprends qu'il y en ait quelques uns qui n'aiment pas,c'est vrai qu'il n'est pas très évident,j'avoue que je l'ai regardé trois fois avant de bien comprendre.(ça ne l'empêche pas de rester un très bon film) "Rock n rolla","Arnaques,crimes et botanique" et "Snatch" sont juste magnifiques et non seulement c'est la premières fois que j'en entends du mal mais en plus c'est de l'acharnement gratuit visant avant tout le réalisateur,bref si ROB GORDON et moi parlons du même film c'est qu'il est un peu de mauvaise fois...

Par Johnnid Quy
posté le 12 octobre à 00:30
Signaler un abus

Comme j'dis souvent l'ether c'est dans le placard à pharmacie qu'il faut le mettre pas dans le nez! Arrêtes vieux prend un laxatif, lache tout, détendu. Là tu pourras parler de film. Tu dois être philosophe pour saquer un film comme ça, ou alors c'est qu't'as pas compris qu'on regarde pas rockn rolla comme on mate le parrain. Si le style t'échappe c'est balo totor mais bon vu que je suis sympa je t'explique, ritchie ne cherche pas à faire dans l'ultra vraisemblable: règle n°1, il veut pas faire autant en emporte le vent alors l'intrigues est simple: règle n°2, il se focalise sur tout les persos à la fois c'est pas spiderman pépé alors cherche pas le boy parfait: règle n°3!

Voila maintenant tu peux étudier un film. Hésite pas à me demander si tu as besoin de conseil, je peux tout t'apprendre.

Par Lando
posté le 14 septembre à 20:52
Signaler un abus

3 sur 10... ouf le stagiaire qui a écrit cela a du se faire lourder par sa gonzesse juste avant de le voir! Comment ne pas réagir. Bref je ne comprends vraiment pas les reproches fait ici. Trop de blabla dans le film? le rythme y est le point fort! D'ailleurs la comparaison à Tarantino est amusante car justement je trouve que c'est ce dernier qui n'arrive pas à s'extirper du descriptif sans fin et à faire avancer les choses à un moment. bref si vous voulez un autre avis partial mais sympa regardez le vous allez vous fendre la poire, la musique est au poil, le montage est un régal... en gros oubliez ce qu'il vient de baver sur sa page web et payez vous du bon temps.

Par seb
posté le 08 septembre à 18:10
Signaler un abus

Je me permets de réagir au cas où on se ferait une idée définitive de ce film suite à cette critique où c'est surtout le réalisateur qui est jugé avec très peu (pas du tout?) de partialité. Si on aime pas ses films (et son style), on va pas les voir! Pour l'excès dans l'autre sens, personnellement j'ai adoré... Et pourtant je ne me considère pas comme un ado puéril. Je conseille ce film pour l'ambiance, pour les dialogues, pour les musiques. Ceux qui ont aimé Snatch retrouveront tout ce qui a du leur plaire.

Par Sol
posté le 28 mars à 19:19
Signaler un abus

mauvaise critique pour un film somme toute moyen mais qui ne méritait pas d'être descendu en flèche... desserez un peu votre cravate pour voir ^^

A propos de l’auteur


Rob Gordon 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines