Magazine Culture

Le patissier trotskiste

Par Lazare
En regardant ma nouvelle, ma splendide & surtout ma pleine bouteille de Tullamore Dew je me suis dit que ça serait vraiment cool comme nom (Tullamort) pour la ville où se situe mon super polar post-moderne, celui dont je viens de commencer l'écriture & puis j'ai vu ça:


& là, là vraiment je me suis dit qu'une nouvelle orientation esthétique & politique ne serait peut être pas inutile. Écrire un roman policier post-moderne, ancré dans son époque sans qu'un jour il ne vieillisse & dont le héros serait un type qui s'habillerait de costumes marron crème (genre cappuccino relevé de quelques gouttes de Kahlua), de polo Lacoste rose pâle & de derbys Paul Smith n'est pas une mince affaire, surtout en écoutant un remix des Beatles joué à l'envers. Ben ça alors oulala doudou dis donc! En tout cas c'est bien plus compliqué que de boire quelques gorgées de Tullamore Dew qui, sans être un whisky exceptionnel, est un très bon whisky. Pas comme ces J&B, Clan Campbell de mes deux. Je me dis soudain qu'un polar post-moderne ça serait vraiment révolutionnaire pour peu que je m'y mette à fond les ballons, le genre de truc qui flash (schouuuing!), qui brille, le genre de roman chic & choc qui ferait trembler le monde de la littérature &, ma foi pourquoi pas hé!, le monde tout court! Tout en me disant ça je tombe sur de drôles de papiers dans la presse. A côté de ça il faut préciser que je suis mort pendant quinze jours. C'est un truc récurent qui doit venir de mon adaptation extrême à mon patronyme, des fois je me dis: « Lazare, va falloir penser à mourir un de ces quatre, ça fait déjà six mois qu'il ne t'est rien arrivé, les gens vont se poser des questions & les questions c'est pas bon » & alors je disparais. Je fais le mort. Je ne touche plus à mon Toshiba new generation avec le clapet brillant & l'aération sur les côtés & tout & tout & tout & tout le monde s'inquiète bien sûr, se demande où DIABLE j'ai bien pu passer & moi, je me balade, je lis beaucoup, du moins j'essaie parce que souvent quand je suis en mode « mortifère » j'en profite pour revoir mes amis qui ne m'ont pas suivi à la montagne, & comment leurs en vouloir, je vais voir ma famille marseillaise, ma mémé qui habite presque dans le Luberon mais pas tout à fait mais ça ne l'empêche pas de crâner auprès des autres & donc je ne lis pas beaucoup de livres (suis quand même en train de me coltiner Délire d'une certaine Laura Restrepo pour ici même parce que les Pynchon Credits ça va un moment mais bon... & les deux volumes de Fu Manchu parus chez Zulma pour le FFC) par contre je dévore les magazines, les journaux, les catalogues de bricolages & alors oui, avant de ressusciter pour la quatrième fois de l'année, je tombe sur de drôles d'histoires comme celle où le héros est Kundera & où on apprend, avec stupeur ça va sans dire mais sans tremblement (hop ça c'est fait), que Kundera le tchèque français que tous les libraires du monde ne savent jamais où foutre dans leurs rayons, le pourfendeur social, l'âme droite des peuples occidentaux libérés des cocos, l'auteur de La Lenteur & de L'insoutenableblahblah aurait (le conditionnel!!!!) versé dans la délation. C'est pas rien tout de même pour une belle gueule comme Kundera, un gars, & je vous le dis entre quatre yeux parce que c'est comme ça, un gars donc dont les romans sont franchement sur estimés, à mon avis en tout cas & je me suis pas mal de fois fait casser quelques dents à cause de ce genre de propos notamment par ces mêmes libraires faussement de gauche & bien pensant, ces libraires qui portent le col roulé & la veste en velours marron & des Clarks en peau retournéeBREF! Soit dit en passant les essais de Kundera sont bien meilleurs même si ils tournent tous & seulement autour de quatre auteurs, sans arrêt les mêmes, tout le temps ces quatre auteurs: Kafka, Garcia Marquez, Broch, Musil &... &, merde j'ai oublié le quatrième... sa race! Ah ben non! Ça fait quatre! Hé, hé, hé, la résurrection c'est pas de tout repos Toto & donc je vois ça dans Marianne & puis dans le Nouvelle Obs qui se fout de plus en plus de notre gueule & L'Express, Le Monde & Libé & personne, PERSONNE, ne va plus loin. On nous donne des documents fac-similés en tchèque, tiens toi bien Charlie, en tchèque... comme si on pouvait lire le tchèque, mais l'important n'est pas là bien sûr, ni dans le fait qu'Iva Dlaskova soit une jolie mamie ou que Miroslav Dvoracek se soit fait entubé par Kundera, le grand Kundera ou si justement, si, ça c'est important, ça aurait pu être une affaire aussi médiatiquement délirante que celle de Günter Grass & ses petites escapades brunes. Je ne crois pas que ça le soit devenu pourtant & quand je relis les articles publiés ici & là, quand je lis la retenue toute journalistique de leurs auteurs, & c'est normal, au cas où on ne sait jamais, je pense à la chanson de Sardou qui parle des collabos & qui, en substance, demande ce que nous aurions pu faire nous, fils de notre Belle République pacifique & pacifiée, qu'est ce qu'on aurait fait dans cette situation, précisément. Pfffff... pas facile. Là où je voulais en venir par rapport à mon roman policier post-moderne, dont l'assassin sera Adolf Hitler lui-même, si si, c'est qu'il n'est pas évident de se concentrer pour écrire une grande oeuvre (la preuve!) lorsqu'on a l'esprit venté comme le mien (ici mettre un poème sur le Souffle de l'Oubli). Je dis ça en connaissance de cause. J'ai sous les yeux le manuscrit de Za Warudo & dedans j'ai découvert des phrases (pas mal en fait) à propos desquelles je me dis que ouais ouais ouais j'aurais bien aimé les écrire moi, mais malheureusement ça n'est pas le cas ou pas encore & il se trouve que le meilleur d'entre nous pourrait bien devenir un nouvel espoir pour des types comme moi qui n'aspirent qu'à voir la littérature française renaître enfin, enfin, enfin... Parmi les coupures de presse que j'ai accumulé durant ma période mortuaire je tombe sur cet autre article annonçant la disparition de Frank « Lefty » Rosenthal. Pas possible! Le gars qui a inspiré Casino à Scorsese, le gars dont DeNiro (Ace Rothstein) a joué le rôle. Ce type était officiellement « responsable des cuisines du Stardust » & BORDELDEDIOU j'apprends qu'il avait même une émission, le Frank Rosenthal Show,
Le patissier trotskiste
& qu'il a vécu les dernières années de sa vie en Floride se qui nous amène tout droit aux élections américaines qui commencent sérieusement à me rendre dingue. C'est sûr que c'est bien plus important que de se rendre compte que l'argent que l'Etat a donner aux banques pour les maintenir "à flot" provient d'un prêt contracté auprès de ces mêmes banques... non mais, que se passe t'il putain? Le Grand Journal se déplace à New York pour l'occasion (peut être le fera t'il aussi pour les prochaines législatives au Chili?), les journaux télévisés ont mis un petit logo USA 2008 en bas à gauche de l'écran, des comités de soutient à Obama fleurissent dans des villes comme Marseille... Marseille sans déconner!!! Que se passe t'il? Meeeerde! J'ai appris ce matin que les Alpes Maritimes pourraient demander leur intégration comme 78ème états des Etats-Unis!!! ... bon c'est pas vrai, mais quand même ça donne à réfléchir toute cette crazyness... ça & aussi le fait qu'aujourd'hui tout le monde utilise le mot cranberry au lieu de "airelle" comme si le mot "airelle" n'avait jamais existé ou encore ceci: pourquoi est ce que tous les syndicalistes de ce pays ont l'accent marseillais, hein? Les américains... trop leurs donner d'importance ils y croiront toujours à leur manifest destiny & les correspondants scolaires de nos enfants à l 'école signeront toujours des autographes aux plus petits qui seront persuadés que si les ricains sont là, pendant la récré, c'est qu'ils nous ont encore encore délivré de quelque chose. Mais de quoi? Tout ça pourquoi au fait? Ah oui, mon polar post-moderne. Décidément. J'avais pensé utiliser une espèce de générique pynchonnien, un peu comme les Pynchon Credits mais sur L'Arc-en-ciel de la Gravité qui serait en même temps le résumé du livre que le héros, qui porte aussi des Persol pliables, est en train de lire & le fil conducteur qui le mènera au meurtrier. Faut que je développe cette partie là de l'histoire mais ça devrait le faire. & HOP! Une nouvelle rasaaaaaade de Tullamore Dew. Tu penses qu'un jour je finirai ce putain de papier sur Vélum? Hum? La question est intéressante à plus d'un titre vu que j'ai du changer au moins 17 fois d'avis sur le sujet. Chef-d'oeuvre! Livre le plus Arrrrgh! De l'annéeNON c'est un chef-d'oeuvre & basta! Basta! BASTA! Alors que je dis des « basta » à foison une nouvelle coupure de presse tombe sous mes yeux: « CLEARSTREAM PROPOSE A DENIS ROBERT DE METTRE UN TERME AUX PROCEDURE ENGAGEES CONTRE LUI POUR DIFFAMATION »... maintenant qu'il est à terre, c'est plus facile. S'appesantir sur ce genre de nouvelle ne sert absolument à rien & surtout pas ici, ça n'est pas la place, la politique, les embrouilles & tout ça & pourtant ça fait partie des choses que je lis le plus souvent, ça fait partie d'une masse fictionnelle qui se renouvelle chaque jour sans qu'on lui demande quoique se soit & qui pourrait bien servir à irriguer la trame de mon roman policier post-moderne & celui de pas mal de romanciers américaAAAAAAAAAAAARGH MAIS CA NE S'ARRETERA DONC JAMAIS??? les romanciers américains oui, ils sont malins, ils utilisent les journaux, la télé, le cinéma, les jeux vidéos, le rock, la bouffe toutTOUT & ils le foutent dans leurs très très bon romans & ils y mettent aussi de l'Histoire sans faire dans le roman historique à la papa, à la Déon, à la Gallo qui ne s'épargne aucune hagiographie dans le Figaro auquel il collabore (hi, hi, hi, hi), Le Figaro dont tout le monde ici connaît la célèbre devise & dont le rédacteur en chef n'est autre qu' Etienne Mougeotte & le patron Serge Dassault... AH AH AH AH AH! Quel pays épatant! Je me régale. Des livres avec de l'Histoire à l'intérieur donc, de la vraie (frottements de mains - frottefrotte) tout ça pourquoi? Hein, je vous le demande... Tout ça pour que le nouveau prix Nobel de littérature soit français! Comme ça on fera croire à tout le monde, le Monde entier j'entends, la planète connectée, que la France est à la pointe de la technologie & que ces enculés de pseudo journalistes de Time ne sont qu'une bande d'enfoirés jaloux & tout & tout mais alors quoi? Parce qu'en plus on siffle notre hymne au Stade de France qui est certainement le stade le plus mou du continent, on siffle notre fantastique, révolutionnaire & sanglant hymne national (« Qu'un sang impur, abreuve nos sillons ta-ta-taaan! »)? On siffle l'hymne national du dernier prix Nobel de littérature? Bien fait! C'est l'arbre qui cache la forêt. Mais ça ne m'empêchera pas d'écrire mon polar post-moderniste dont l'action se déroule à Tullamort (ou Nuitnoire ou St Glinglin ou Inconvénient j'ai pas vraiment encore décidé) & dont le premier cadavre, un gros patapouf à qui il manque la zézette, n'arrive pas avant le 35ème chapitre, je vous jure que c'est vrai. L'assassin sera Adolf Hitler & sera arrêté par la gendarmerie nationale & ira en prison... hin, hin, hin... bien fait, Bien Fait, BIEN FAIT! Je me dis aussi que je pourrais y mettre Irwin Corey en me faisant passer pour lui se faisant passer pour Pynchon recevant le National Book Award(1) ... fine idée ça Lazare... & peut être même qu'Adolf Hitler, qui est le tueur du livre, serait déguisé en pâtissier trotskiste italien des années 50. & voilà!(1) However... accept this financial stipulation - ah - stipend in behalf of, uh, Richard Python for the great contribution and to quote from some of the missiles which he has contributed...Today we must all be aware that protocol takes precedence over procedure. Howewer you say - WHAT THE - what does this mean... in relation to the tabulation whereby we must once again realize that the great fiction story is now being rehearsed before our very eyes, in the Nixon administration... indicating that only an American writer can receive...the award for fction, unlike Solzinitski whose fiction doesn't hold water. Comrades - friends, we are gathered here not only to accept in behalf of one recluse - one who has found that the world in itself which seems to be a time not of the toad - to quote even Studs TurKAL. And many people ask "Who are Studs TurKAL?" It's not "Who are Studs TurKAL?" it's "Who am Studs TurKAL?" This in itself as an edifice of the great glory that has gone beyond, and the intuitive feeling of the American people, based on the assumption that the intelligence not only as Mencken once said, "He who underestimates the American pubic - public, will not go broke." This is merely a small indication of this vast throng gathered here to once again behold and to perceive that which has gone behind and to that which might go forward into the future...we've got to hurdle these obstacles. This is the main deterrent upon which we have gathered our strength and all the others who say, "What the hell did that get?" - We don't know. We've got to peforce withold the loving boy... And as Miller once said in one of his great novels- what did he ... that language is only necessary when communication is endangered. And you sit there bewildered, and Pinter who went further said "It is not the lack of communication but fear of communication." That's what the Goddamn thing is it's we fear - communication. Oh - fortunately the prize has only been given to authors - unlike the Academy Award which is given to a female and a male, indicating the derision of the human specie - God damn it! But we have no paranoia, and Mr. Pynchon has attained, and has created for himself serenity, and it is only the insanity that has kept him alive in his paranoia. We speak of the organ...of the orgasm...Who the hell wrote this? And the jury has determined to divide the prize between two writers - to Thomas Pynchon for his GRAVITY'S RAINBOW. Now GRAVITY'S RAINBOW is a token of this man's genius...he told me so himself...that he could...in other words, have been more specific, but rather than to allude the mundane, he has come to the conclusion that brevity is the importance of our shallow existence. God damn. Ladies and Gentlemen. To the distinguished panel on the, on the dais and to the other winners, for poetry and religion and science. The time will come when religion will outlive its usefulness. Marx, Groucho Marx, once said that religion is the opiate of the people. I say that when religion outlives its usefulness, then opium...will be the opiate...Ahh that's not a bad idea... All right...However, I want to thank Mr. Guinzburg, Tom Guinzburg of the Viking Press, who has made it possible for you people to be here this evening to enjoy the Friction Citation - the Fiction Citation. GRAVITY'S RAINBOW - a small contribution to a certain degree, since there are over three and a half billion people in the world today. 218 of them ... million live in the United States which is a very, very small amount compared to those that are dying elsewhere...Well, I say that you will be on the road to new horizons, for we who live in a society where sex is a commodity and a politician can become a TV personality, it's not easy to conform if you have any morality...I, I, I said that myself many years ago...But I do want to thank the bureau...I mean the committee, the organization for the $10,000 they've given out...tonight they made over $400,000 and I think that I have another appointment. I would like to stay here, but for the sake of brevity I, I must leave. I do want to thank you, I want to thank Mr. TurKAL. I want to thank Mr. Knopf who just ran through the auditorium* and I want to thank Breshnev, Kissinger - acting President of the Unites States - and also want to thank Truman Capote and thank you.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lazare 17 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines