Magazine Culture

Parle-moi d'amour au théâtre comédie Champs Elysées. Michel Fagadau met en scène Philippe Claudel.

Publié le 11 novembre 2008 par Ariane_

parlemoid'amour
Parle-moi d’amour se joue en ce moment au théâtre Comédie des Champs Elysées du 3 octobre au 29 décembre. Michel Fagadau met en scène le texte de Philippe Claudel : un huis clos entre un mari et sa femme. Ils ne se supportent plus, ils ne sont ni jeunes, ni encore vieux, plutôt séduisants, et ils se déchirent, sur scène, pendant une petite heure et demi.

Michel Leeb et Caroline Silhol font ici une vraie performance d’acteur : ils occupent la scène du début à la fin, sans avoir le temps de souffler une seconde.
Il n’y a qu’un seul acte, un seul décor : l’immobilité de la scène contraste étrangement avec le dynamisme des phrases, et les mouvements des acteurs.
Leur but n’est pas dissimulé : ils veulent se faire mal, faire souffrir l’autre. Il est polytechnicien et haut placé dans les sphères de l’économie, elle aime le design et l’excentricité : deux personnalités opposées se disputent le devant de la scène et le devant des mots pour le plus grand plaisir du spectateur. Rares sont les instants où le couple occupe la même portion d’espace : le décor, symétrique, symbolise l’ambigüité de cette relation. Chacun a le même espace : un fauteuil en forme de chaussure, une moitié de la glace, un pilier en forme d’arbre. Ils se ressemblent.
Chacun reste de son côté, le plus souvent : la guerre est déclarée. Ils sont trop différents.
Les dix premières minutes de la pièce ne sont pas vraiment convaincantes : le jeu de Caroline Silhol est difficile à saisir, le dialogue n’est ni bon ni mauvais, peut-être un peu trop grossier.
Puis le texte s’emballe, fait rire. Les répliques croustillantes arrivent, comme lorsqu’Elle explique à son mari que ce n’est plus des poignées d’amour qu’il possède, mais des tiroirs !
Seul ennui : le retournement final, dommage, après une scène pourtant superbe, où Elle arrose ses plantes en passant et repassant sur scène, en robe de chambre blanche, sans prêter attention à Lui et comme un fantôme.
Le retour en arrière semble impossible, et c’est la vraisemblance qui s’effondre. Intéressant sans doute, dans un contexte nourri de fantaisie et de poésie. Sans grand intérêt ici, si bien qu’on a l’horrible impression que, ne sachant comment finir sa pièce, Philippe Claudel l’a bâclée, avec l’espérance que la figure du retournement, magnifiquement exploitée dans de nombreuses œuvres, pourrait l’être ici aussi. Une étrange louche d’amour intervient dans une pièce qui semblait pourtant vouée à la haine et au déchirement.
Le titre Parle-moi d’amour, en rapport avec la pièce, devient alors le meilleur morceau : Parle-moi d’amour parle de déchirure et d’épuisement. Tout le paradoxe est là. La pièce aurait gagné à s’arrêter dans le non-dit, la possibilité, l’expectative : le peut-être, en somme, et non pas le regret, l’effacement de la pièce elle-même qui renie, au dernier moment, tout ce qu’elle a été précédemment !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Vivek Philippe !

    Philippe nous a invité mardi soir pour voir le canadien Vivek Shraya en concert dans une suite. Il nous a aussi montré, entre autre, ses télés qui changent de... Lire la suite

    Par  Etienne Martin
    CULTURE, MUSIQUE
  • Claudel dans le programme

    Je continue ici ma lecture aléatoire du programme officiel du Festival d’Avignon 2008, livret bien édité, d’une centaine de pages. Lire la suite

    Par  Theatrummundi
    CULTURE
  • Camille claudel, l'age mur, et l'implorante......

    PAR BERNARD VASSOR Détail. Le jeudi 5 décembre 2002, étaient mises en ventes des lettres de Camille Claudel au capitaine Louis Tissier. Lire la suite

    Par  Bernard Vassor
    CULTURE, HISTOIRE
  • Claudel dans le programme (2)

    Hier après-midi, j’ai relu la présentation faite par JFP (alias Jean-François Perrier) de Partage de midi, de Paul Claudel, dans le programme du Festival... Lire la suite

    Par  Theatrummundi
    CULTURE
  • Philippe Beck

    est né en 1963 à Strasbourg. Il enseigne la philosophie à l’Université. Il a co-animé la revue Quaderno avec Christophe Tarkos. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Les âmes grises par Ph. Claudel

    Résumé Nous sommes en 1917 dans une petite ville de province. Toute la société des notables est présente et tient son rôle. Le maire, le juge, le procureur, le... Lire la suite

    Par  Roudoudou
    CULTURE, LIVRES
  • Philippe Kerlo

    Photographies, Philippe Kerlo©Né en 1977 à Paris.Clients : Vichy, Chanel, Nivea, Rimmel, Monoprix, EuroRSCG/BETC, Weight Lire la suite

    Par  Pierre Pozzi
    BEAUX ARTS, CULTURE

A propos de l’auteur


Ariane_ 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine