Magazine Cinéma

Frangins malgré eux

Par Rob Gordon

On a dit de Semi-pro que c'était une déception en regard du potentiel et des antécédents de Will Ferrell. Un an plus tôt, on a dit des Rois du patin que c'était une déception en regard du potentiel et des antécédents de Will Ferrell. Et ça va commencer à devenir bien lourd si on dit de Frangins malgré eux que c'était une déception en regard du potentiel et des antécédents de Will Ferrell. Car s'il est tout de même plus amusant que les deux précédents, le film d'Adam McKay peine de nouveau à renouer avec les sommets des légendaires Présentateur vedette - la légende de Rob Burgundy (Anchorman pour les intimes) et Ricky Bobby roi du circuit.
Toutes les conditions étaient pourtant réunies pour faire de ce Step brothers une nouvelle grosse pépite de l'humour con et décalé. Et d'abord le retour d'un trio magique, composé de Will Ferrell, John C. Reilly et Adam McKay. Soit l'idéal pour une bonne grosse séance de régression. Mais voilà : assez inexplicablement, la mayonnaise ne prend pas. Ferrell a beau taper ses balloches sur une batterie et multiplier les concours de vulgarité, on reste prostré en attendant mieux. Tout n'est évidemment pas sinistre dans ce film : d'abord parce que les tronches des deux héros sont de vraies attractions à elles toutes seules, et ensuite parce qu'il y a tout de même quelques scènes assez craquantes (même si jamais vraiment hilarantes). Il faut voir ces deux ahuris en pleine crise de somnambulisme ou tabassant de l'ado à tout va (restez pendant le générique de fin)...
Outre un gros manque de rythme (la première demi-heure est d'un ennui total) et une mollesse assez surprenante, le gros talon d'Achille de ce Step brothers est sans doute son incapacité à apporter un regard neuf sur l'univers des ados attardés. Car si c'est là le sujet central du film, McKay et Ferrell avaient déjà montré leur fascination de la régression dans leurs autres films, et avec bien plus de verve et d'imagination. Reste qu'une fois de plus, les amoureux de l'humour ferrellien y trouveront un produit de substitution relativement convenable, en attendant des lendemains plus percutants. Espérons que ce ne soit pas une arlésienne...

6/10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rob Gordon 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog