Magazine Internet

Profession : Internet Strategist de Barack Obama

Publié le 18 novembre 2008 par Opinionwatch

Chris HughesDe nombreux observateurs affirment que la victoire de Barack Obama s’est jouée sur sa capacité à mobiliser l’électorat sur les réseaux sociaux. Retour donc sur le parcours, la méthode et les résultats d’un des principaux artisans de la stratégie de Barack Obama sur le web, Chris Hughes.

A l’origine, Chris Hughes, 24 ans, fait partie des fondateurs de Facebook aux côtés du désormais célèbre Mark Zuckerberg [CEO de FB] et de Dustin Moskovitz [Vice Président de FB]. En février 2004, ils sont colocataires à Harvard et se lancent dans la création de Facebook dans le but de pouvoir identifier les étudiants du Campus. Hughes n’intervient pas sur les aspects techniques de la plateforme mais il est responsable de la gestion des données personnelles et on lui doit aussi certaines évolutions comme la fonctionnalité “poke”. Alors que Zuckerberg et Moskovitz décident quelques mois plus tard de s’associer à Sean Parker, fondateur de Napster et Plaxo, et de s’installer à Palo Alto pour poursuivre le développement de Facebook, Hughes préfère terminer son cursus à Harvard où il étudie l’Histoire, la Littérature avec une major en Théorie Politique et Sociale Française. Pour la parenthèse, Sean Parker sera finalement éjecté de Facebook en 2005 suite à une arrestation pour consommation de cocaïne…

Chris est sollicité pour la première fois en 2006 par Jim Brayton [Responsable Internet] et Joe Rosper [Responsable Média Sociaux] pour les accompagner dans la création et l’animation du profil Facebook du candidat. 4 mois après cette première collaboration, il est officiellement recruté dans l’équipe basée à Chicago, qui compte environ 95 personnes réparties entre la gestion  du site BarackObama.com, des campagnes d’e-mailing, l’actualisation des profils sur les réseaux sociaux généralistes [Facebook, Myspace...] et éthniques  [BlackPlanet, MiGente, AsiaAve], l’achat de mots clés et de bannières pub, la production et la diffusion de vidéos et le traitement des demandes par mail. En effet, Barack Obama a toujours été convaincu de l’importance du web dans sa stratégie de communication, en suivant deux axes forts : “Bottom-up strategy” et “Grass-root”.

Logo Obama

Tout le talent de Chris Hughes aura été de retranscrire cet objectifs stratégiques en s’appuyant sur son expérience de Facebook et en suivant lui aussi deux principes fondamentaux : “Keep it real”, “Keep it local”. C’est donc dans l’optique de créer du lien social de proximité qu’il a conçu la pierre angulaire de dispositif communautaire du candidat, MyBarackObama.com. La grande force de ce site a été de permettre la décentralisation de la mobilisation en incitant militants et sympathisants à prendre des responsabilités locales grâce à des outils intuitifs et conviviaux : un profil personnalisable, un service de messagerie et de blogging, un module de don en ligne, “Find a local group” pour organiser des évènements de quartier [Walking campaigns, Calling campaigns essentiellement],  “Fundraising” pour se fixer un objectif de don à atteindre et envoyer des emails à son réseau; le tout récapitulé sur un Dashboard. Côté technique, MyBO s’appuie sur une architecture proche de Facebook, mais aussi sur NGP Software pour le système de don en ligne et BlueStateDigital [dont Joe Rosper est un des fondateurs] pour les fonctionnalités sociales.

Une équipe créative donc, co-animée par Chris Hughes, mais également réactive comme en témoigne la création du site Fight the Smears, en fin de campagne, pour minimiser la portée des attaques des militants républicains [on se souvient de Barackbook] et pour tenter de ramener la vérité sur les rumeurs qui pourraient écorner la réputation de Barack Obama sur Internet. Le site reprend point par point les controverses et contre-argumente avec articles de presse, biographies, chiffres et vidéos à l’appui.

Les résultats de cette stratégie de présence online sont remarquables et prouvent que le web n’est pas étranger à la victoire de Barack Obama. MyBO a permis de lever 200 millions de dollars [dont 45 millions au mois de février seulement], soit près la moitié des sommes récoltées pendant la campagne, grâce à 1 millions de membres qui ont orchestré de manière autonome 75.000 événements locaux et 2 millions d’appels téléphoniques. On comprend mieux le rôle d’internet et de sa stratégie de mobilisation de la base électorale en observant la structure des donations : 95% des dons qu’a reçu Obama sont inférieurs à 50 dollars contre 13% du côté de John McCain, qui aura réussit à lever seulement 171 millions de dollars. Lors de ces élections, les 18-29 ans ont été entre 21 et 24 millions [dont 66% ont voté pour Obama], ce qui n’était pas arrivé depuis 1972 aux États-Unis. Par ailleurs, la participation des Noirs et des Hispaniques [26% des votants] a été nettement plus importante qu’en 2000 [19% des votants]. Le dispositif internet aura donc permis à la fois une récolte massive de petits dons et une participation importante d’un électorat habituellement absent des bureaux de votes, les jeunes et les minorités. Selon le Pew Internet & American Life Project, 46 % des Américains ont recouru à l’Internet, aux e-mails ou aux SMS pour s’informer ou mobiliser des tiers durant la campagne.

Chris Hughes a donc incontestablement joué un rôle clé dans l’élection du nouveau Président des États-Unis en capitalisant avec brio sur sa connaissance des média sociaux pour accroître la participation et la représentativité de la base électorale. Il est d’ailleurs pressenti par certains pour devenir le futur CTO [Chief Technology Officer] de l’administration Obama, même si la concurrence risque d’être rude avec d’autres personnalités fortes comme Eric SchmidtSteve Ballmer ou encore Meg Witman. Il est certain qu’il restera dans l’entourage de Barack Obama, qui a d’ores et déjà entamé la récupération de son “capital communautaire” en lançant Change.gov au lendemain de sa victoire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • D Day pour Barack Obama

    Barack Obama devrait ce soir se proclamer comme ayant franchi le seuil d'investiture. Des grands délégués dont James Clyburn devraient publier leur choix... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama la nouvelle frontière

    Historique. Barack Obama est le candidat démocrate aux élections présidentielles américaines. Beaucoup de commentaires sont faits aujourd'hui dans l'ensemble... Lire la suite

    Par  Antoinekowalski
    BLOG, POLITIQUE
  • Barack Obama booste Denver

    Barack Obama va faire découvrir Denver au monde entier. Son discours prononcé devant 75 000 personnes devrait être suivi par 15 000 journalistes. Du jamais vu ! Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama chouchoute le support Internet

    Le Directeur de Campagne de Barack Obama propose de s'inscrire pour être parmi "les premiers informés" du nom du choix du VP via Internet. Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama : l'espoir de l'audace

    A quelques jours de la Convention de Denver, la candidature Obama est d'abord un rendez-vous qu'ont les Américains avec ... eux-mêmes. Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama joue l'économie

    Repartis sur le terrain, les deux candidats démocrates affichent une ligne stratégique claire : à Obama l'économie et à Biden les attaques contre McCain.... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Festival FAUST à Munich du 23 février au 29 juillet

    Festival FAUST Munich février juillet

    UN DRAME. UNE VILLE. DES CENTAINES D'ÉVÉNEMENTS. En 2018, Munich consacre cinq mois au drame le plus célèbre de Goethe. Dans toute la ville, du 23 février au... Lire la suite

    Le 24 février 2018 par   Luclebelge
    BONS PLANS, EUROPE, SORTIR

A propos de l’auteur


Opinionwatch 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine