Magazine Régions du monde

L'apec veut s'attaquer au ralentissement Économique mondial

Publié le 24 novembre 2008 par Fouchardphotographe @fouchardphoto

Les dirigeants des 21 pays riverains du Pacifique, réunis ce week-end à Lima, ont appelé dimanche à une "action rapide et décisive" pour contrer le ralentissement économique mondial et évalué la durée de la crise économique à 18 mois. "Nous agirons rapidement et décisivement pour affronter l'imminent ralentissement économique mondial", souligne la déclaration finale du 16e sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec), une organisation à laquelle appartiennent notamment les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon. Les membres du bloc, dont les recommandations sont non contraignantes et qui prédisent que la crise se poursuivra pendant dix-huit mois, réclament aussi une conclusion rapide des négociations de Doha sur la libéralisation du commerce. Les dirigeants, dont le président américain George W. Bush qui effectuait à Lima son ultime déplacement officiel programmé à l'étranger avant de céder la place en janvier au démocrate Barack Obama, affirment que la crise financière constitue "l'un des plus sérieux défis économiques auquels nous ayons été confrontés". L'Apec appelle à former un front uni pour lutter contre la crise financière, en encourageant le commerce mondial sans ériger de barrières protectionnistes pendant un an. Dans une intervention, M. Bush a pris fermement la défense du libre-échange, encourageant son successeur Barack Obama à éviter toute tentation protectionniste. "Nous refusons d'accepter le protectionnisme au 21e siècle", a-t-il dit. Visiblement de bonne humeur, les 21 chefs d'Etat ou de gouvernement ont revêtu un poncho marron en alpaga pour l'indispensable "photo de famille". Les dirigeants ont aussi porté des toasts au "pisco sour", un cocktail à base d'alcool de raisin, sorte de boisson nationale du Pérou. L'Apec a aussi réclamé dans une courte déclaration une réforme rapide des institutions financières internationales, tout comme l'avait prôné à Washington le récent sommet du G-20, réunissant les nations les plus industrialisées et les pays émergents. En marge du sommet, le président chinois Hu Jintao a déclaré après avoir rencontré son homologue russe Dmitri Medvedev que Pékin et Moscou devaient renforcer leur coopération. "Alors que la situation économique et politique connaît son plus profond et sérieux changement depuis la guerre froide, la Chine et la Russie renforceront leur coopération stratégique", a dit M. Hu. Pour sa part, M. Bush s'est dit "fortement déterminé" à parvenir pendant les deux mois restants de sa présidence à un accord ouvrant la voie au succès des négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dites du cycle de Doha sur la libéralisation des échanges. L'Apec, voué dès sa création en 1989 à la promotion du libre-échange, représente 41% de la population mondiale, soit 2,6 milliards de personnes, ainsi que 61% du Produit intérieur brut (PIB) et 47% du commerce de la planète. Par ailleurs, au cours d'une rencontre à Lima, MM. Bush et Medvedev se sont entendus "pour gérer d'une façon pratique les questions importantes pour les deux pays et le monde entier", même si "des différences persistent". M. Bush a quitté Lima dimanche en début d'après-midi pour Washington sans avoir assisté au déjeuner de gala donné par le président péruvien Alan Garcia en l'honneur des chefs d'Etat ou de gouvernement de l'Apec. Le sommet n'a guère été perturbé par des contestataires, seule une manifestation contre la présence de M. Bush de plusieurs centaines d'étudiants de gauche s'étant déroulée samedi devant la résidence de l'ambassadeur des Etats-Unis à Lima.

www.france24.com Texte AFP


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fouchardphotographe 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte