Magazine Culture

Daniel Bélanger - Joli chaos

Publié le 24 novembre 2008 par Epicure
Daniel Bélanger

Un peu difficile à croire les copains mais il y aura un nouveau Bélanger chez votre disquaire demain matin. Il s’intitule Joli Chaos et contient 29 pièces.

Calmez-vous. Je ne parle pas de 29 nouvelles pièces. Joli chaos est d’abord un best of comprenant 19 chansons tirées de tous ses albums (à part Déflaboxe et du triple album live Tricycle) et de 10 chansons inédites qui me semblent sortir tout droit des sessions d’enregistrement de ses albums studio.

Pas grand chose à dire des morceaux choisis pour le best of . L’album s’ouvre sur "Sèche tes pleurs", la pièce qui a tout commencé. Au fait, ça fait combien d’années que vous l’aviez entendue, celle-là? Bien content qu’on ait inclus la souvent négligée "Quand le jour se lève". Évidemment, les classiques "Opium", "Sortez-moi de moi", "Imparfait", "Fous n’importe où", "Dans un spoutnik" et le récent "La fin de l’homme" sont aussi au rendez-vous. Selon moi, le grand absent de cette compilation est sans aucun doute "Les temps fous", avec une mention honorable pour "Primate électrique" et "Chante encore". Mais en général, vous vous tiendrez loin du fastforouarde. On réalise au fil de l’écoute que le catalogue entier - ou à peu près - de Bélanger est un best of .

Quant aux 10 nouvelles chansons, elles n’ont évidemment pas la qualité et le fini des 19 précédentes (quoique certaines…). Il s’agit après tout, de left-overs . Mais en général j’avoue avoir été agréablement surpris.

Quelques impressions en vrac, pièce par pièce.

"Jamais content" : feeling électro-ludique à la Déflaboxe. Pas mauvais du tout. Cool les trifouillages électroniques sur le second couplet.

"Cest la loi" : pièce rock un peu rétro sur les bords. Je parie que c’est Rick Haworth qui se démène avec son bottleneck à l’arrière plan.

"En ce monde" : ballade qui débute en piano-voix mais fait place à des arrangements de corde un peu pompeux et cheesy dès le premier refrain. Ça ne ressemble pas beaucoup à Daniel.

"Les criquets" : aurait fort bien figuré sur Rêver mieux. Une superbe mélodie et de doux arrangements électroniques font de cette pièce ma préférée du lot.

"Soleil gratuit" : se situe musicalement entre Rêver mieux et L’échec du matériel. J’opte pour la seconde option en raison du propos. Je sens que je vais avoir les "pa-pa-la-la" dans la tête pour le reste de la journée. Très belle chanson.

"Étreintes" : extrait que l’on entend depuis quelques semaines déjà. Du Bélanger vintage avec ses arrangements simples de guitares folk et de percussions discrètes appuyant une jolie mélodie et la poésie singulière de notre chanteur québécois préféré.

"L’aiguiseur de ciseaux" : variation bizarroïde sur "Le Parapluie" de Quatre saisons dans le désordre. Curiosité, sans plus.

"Imparfait (mix inédit)" : se rapproche de très près de l’original. À part les effets de batterie en moins, je ne vois pas d’autres différences majeures.

"Joli chaos" : pièce rock plutôt faible, la production aseptise le tout. J’ai l’impression que cette pièce pourrait vraiment décoller en spectacle.

"Le dernier souffle" : très belle chanson où Bélanger semble s’adresser à son père. On ne l’a jamais connu si introspectif.

Alors, vous achetez ou pas? Connaissant le rythme de publication de Dan, je vous conseille vivement de vous procurer Joli Chaos . Pour ça et pour le plaisir de découvrir du matériel un peu plus marginal de cet artiste incontournable.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine