Magazine Culture

Andy Ash - Carnival de L'Spirit (2008)

Publié le 24 novembre 2008 par Oreilles
Dans sa chronique de "Prime Numbers", Dave avait justement nommé David “Trus’me” Wolstonecraft comme l’un des investigateurs du renouveau d’une house soulful. Porté par ce même idéal musical, le jeune Andy Ash s’inscrit quant à lui dans une house inspirée de jazz-funk, garage et de soul. Mais sans être totalement novateur, il exécute la recette maintes fois éprouvée avec un talent frondeur. Précoce, le jeune résident de Liverpool possède déjà un club, le Crazy Dragon, qu’il dirige avec un de ses amis amateurs de house, Ryan Turner. Fortement influencé Madlib, Coltrane ou encore Q-tip, il essaie de s'imprégner de ces esprits aussi bien dans ses productions que dans son club. On notera que ce double vinyle sort dans la foulée d’un unique précédent, L’EP AA, lui aussi chez Stilove4music en 2008. Le label quoique modeste a pourtant abrité les premières productions de Trus’me.
Avec sa consonance anglaise et créole, l’éponyme "Carnival de L’Spirit" ouvre l’album par une fanfare sylvestre. Le carnaval des animaux bas son plein entre cris de primates et cuivres débordants. Le défilé exubérant s’évanouit cependant pour laisser place à "Afro Licky" aux wa-wa d’un clavier typiquement liston-smithien, doublé d’une rythmique catchy. Africanisme toujours, la basse ronde et onctueuse de "Trinkets And Things" supporte un funk tout aussi séduisant qu’indolent. C’est avec "Whitefly Powder" que s’opère le retournement vers l’électronique. Malgré l’introduction un peu longue, le cheminement demeure plaisant, illustré par ses claviers ruisselants et son beat lapé. Les rôles se sont inversés, et c’est maintenant à l’instrument de servir la machine. Sur "Erika Wants", il se paye le luxe de sampler la voix d’Erik Badhu sur une touche minimaliste. Cependant, "The Ape With" no Face enfonce le clou du contraste par la sobriété micro-house. Le revirement Galaxy Funk impose un jazz-funk endiablé au dance-floor. "For My City", track de deep-house nébuleuse et lactée, achève royalement la parade.
En bref : Baptême réussi pour ce premier album dont les 8 titres forment une synthèse séduisante des possibilités offertes par l’électronique. A suivre de près.

Le MySpace d'Andy Ash
Ecouter :
Trinkets And Things
For My City
A lire aussi : VA - Prime Numbers (2008)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oreilles 3359 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines