Magazine Culture

Ces poètes intemporels : Walt Whitman

Par Aucoindulivre

ACDL a décidé de vous faire (re)découvrir de grands poètes dont on ne se lasse jamais et vous propose de vous faire bercer par leurs mots qui deviennent mélodie, le temps d’un article.

Walt Whitman (1819-1892) représente un des piliers de la poésie américaine du 19e siècle. Durant sa jeunesse il s’installe à New York où il travaillera dans des ateliers d’imprimerie. Remarqué grâce à son écriture de discours politique, il travaillera dans des journaux connus. La publication de ses travaux ne vient que plus en tard, en 1855 avec Leaves of Grass. Ce recueil de poèmes se différencie à l’époque par l’utilisation du vers libre de Walt Whitman, qui évoque une poésie américaine qui a sa propre identité et qui s’éloigne du style européen classique. On reconnait dans ses poèmes beaucoup de références géographiques, historiques, ou des références à la nature (thème récurrent) et à la démocratie. Pour apprécier ses poèmes, il est conseillé de lire son œuvre en entier, où les poèmes se suivent en fonction des événements.

Ce poème appartient aux Dédicaces au début de Leaves of Grass

To a Historian

You who celebrate bygones,

Who have explored the outward, te surfaces of the races, the life

–that has exhibited itself,

Who have treated of mn as the creature of politics, aggregates,

–rulers and priests,

I, habitan of the Alleghanies, treating of him as he is in himself in

–his own rights,

Pressing the pulse of the life that has seldom exhibited itself, (the

–great pride of man in himself),

Chanter of personality, outlining what is yet to be,

I protect the history of the future.

Traduction Roger Asselineau

A un Historien

Toi qui célèbres le passé,

Qui as exploré le dehors, la surface des races, la vie telle qu’elle

–s’est manifestée,

Qui a traité de l’homme comme créature de la politique, tantôt

–sujet, tantôt chef ou prêtre,

Moi, habitant des Alleghanies, traitant de lui tel qu’il est en soi,

–en pleine possession de ses droits,

Tâtant le pouls de la vie qui s’est rarement manifestée (le grand

–orgueil de l’homme en lui-même),

Chantre de la Personnalité, esquissant ce qui est encore à naître,

Je projette l’histoire de l’avenir.

poème de 1860

Pour plus d’informations c’est ici et ACDL vous conseille cette version de Leaves of Grass, qui permet de le lire en anglais avec les traductions à côté : Feuilles d’herbe, Leaves of Grass, texte original et version française par Roger Asselineau (Aubier domaine américain bilingue)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aucoindulivre 54 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines