Magazine

L'homme révolté

Publié le 01 décembre 2008 par Joachim

Perversion ou mécanisme de défense devant l’insoutenable ? Est-il possible de trouver des similitudes entre les images insoutenables d’Abou Ghraïb (à gauche) et les happenings issus du body-art ou des actionnistes viennois (à droite) ?

Ce déplacement du regard, Hunger (Steve Mc Queen 2008), récit par le menu de la grève de la faim (grève de la personne irais-je jusqu’à dire) de Bobby Sands, l’assume tant le corps y est clairement montré aussi bien comme « instrument » politique que comme « matériau » artistique. Le film indéniablement éprouvant et impressionnant carbure à la performance dans les trois sens du terme : au sens sportif (endurance de l’étiolement des corps), au sens cinématographique (le fameux dialogue en plan-séquence de plus de 20 minutes au mitan du film) et enfin au sens « art contemporain » (succession de séquences comme autant de dispositifs indépendants).

Et comme devant toute performance aussi nettement exhibée, les interrogations ne peuvent s’empêcher de s’inviter dans l’œil du spectateur : puissance ou complaisance, regard souverain ou cinéma à l’estomac ? Plutôt que de trancher, optons pour une voie biaise qui nous fait considérer le film hors de son contexte, presque hors de son propos. Car, bien que très nettement ancré dans une époque et une question, le film s’offre même le privilège de déborder au-delà de son propre système pour conquérir une dimension philosophique assez inattendue.

On peut faire la grève d’à peu près tout, sauf d’être, dit le philosophe palicien, mais pour qui choisit de faire la grève de tout (y compris de porter des habits et de se laver), que trouver au bout du dénuement ? Et bien, la révolte, la révolte comme seul habit, seule nourriture et, j’irais même jusqu’à dire, seule hygiène de ces corps suppliciés. C’est à un homme ontologiquement révolté, un homme à qui la révolte demeure aussi nécessaire que l’air qu’il respire que nous confronte Hunger.  Et un tel face-à-face ne laisse pas indemne… pas plus que ne laisse indemne ce que nous délivre in fine le film: on peut donc faire la grève d'à peu près tout, sauf de la révolte...

Pour autant, cette révolte si âprement conquise n’est-elle pas le plus embarrassant des trophées ? Que faire de cette « énergie » ? Energie constructive ou destructive ? Canalisable ou indomptable ? Seul affect à guider les corps, n’entraîne-t-elle pas une jouissance paradoxale, comme l’attesterait un fugitif regard caméra doublé d’un sourire extatique que nous adresse Bobby Sands malgré son corps tuméfié et roué de coups lors de séances de « corrida humaine » filmées comme autant de rites païens toujours ordonnés sur une mise en scène du sacrifice.

Au terme du sacrifice, c’est tout de même la révolte qui a gagné : la carcasse corporelle n’est plus autre chose qu’une dérisoire enveloppe à cette force insurrectionnelle. Mais puisque ce feu n’est plus capable à terme que de dépense improductive (quoi faire d’autre à part réduire en miettes, l’intérieur de la cellule),  autant sacrifier cette part maudite (cette carcasse ramenée à sa part la plus triviale) puisque l’idée transcendera toujours la matière et pourra elle, sortir des murs de la prison et des corps des insurgés.

Rondes de l’extase et de la souffrance organisées selon les règles d’une société secrète, esthétisme de l’abjection corporelle, rites sacrificiels, liturgie inverse, part maudite, dépense improductive, autant de concepts et de motifs hérités d’un certain auteur sulfureux mais fascinant. Autant dire qu’avec Hunger, nous tenons bien la première et la seule adaptation (involontaire ?) de l’écrivain réputé le plus impossible à transposer à l’écran : Georges Bataille... 

...dont d'ailleurs la couverture (dessin d'André Masson) de sa revue Acéphale...

... présente certaines similitudes avec les images du haut, mais bon, en même temps, tout ça, c'est que des images, je ne sais pas s'il faut en tirer tant de conclusions que ça.... 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Homme ou femme, il faut choisir

    Google Trends a été amélioré il y a quelques jours pour inclure des données chiffrées sur les différents sites (sous réserve d’être connecté avec son compte... Lire la suite

    Par  Gourousdunet
    EMARKETING, INTERNET
  • Plus un homme fait l’amour, plus il est performant

    Une étude finlandaise démontre que plus nos hommes ont de rapports sexuels, moins ils ont de risques de connaître une panne de l’érection ! Les chiffres sont... Lire la suite

    Par  Lizablog
    CÔTÉ FEMMES, SANTÉ, SEXO
  • Ayé ! Il est né !

    Ayé ! Depuis le temps que j'en parlais avec Monsieur Lolo, j'ai fini par sauter le pas ! Faut dire aussi que je m'ennui royalement vu qu'on a nos vacances en... Lire la suite

    Par  Likefia
    BLOG, LIVRES, WEB2.0, A CLASSER
  • Cerf : il "boxe" un homme en forêt

    Paru le 2008-07-23 14:13:00 | 16 lectures Sur cette vidéo, un cerf visiblement très énervé se hisse sur ses pattes arrières pour pouvoir "boxer" un homme en... Lire la suite

    Par  Benjamin Tolman
    INSOLITE
  • Jethro, il est trop

    Je suis une fan des séries policières télévisées, accessoirement françaises mais surtout américaines : en vrac, FBI portés disparus, Cold Case, Law Order (NY... Lire la suite

    Par  Fuligineuse
    CULTURE, SÉRIES
  • Bobby McFerrin

    Bobby McFerrin, c’est bien sûr ceci : Mais aussi cela : Lire la suite

    Par  Lawrencepassmore
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Requin : il attaque un homme sur une plage

    Paru le 2008-07-31 08:32:00 | 294 lectures Cette vidéo diffusée sur CNN montre que même sur la terre ferme, un requin reste un redoutable prédateur ! Lire la suite

    Par  Benjamin Tolman
    INSOLITE, VIDÉOS INSOLITES

A propos de l’auteur


Joachim 239 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte