Magazine Culture

Merci Nicolas pour le gîte et le couvert

Par Loïs De Murphy

Enfant, Clara ne voulait pas devenir institutrice. Ni coiffeuse, ni infirmière. Juste parler aux arbres et enterrer ses cheveux dans un pilulier sous les rhubarbes à la grand-mère. Une fois elle a soigné un chien sans collier à la Bétadine. On l’a crue bonne pour des études de vétérinaire. Elle ne voulait pas non plus être pilote d’avion, cosmonaute ou pompier. Ni pute ni clocharde, précisait-elle à quinze ans en triplant sa quatrième. Elle ne regrette pas de n’avoir pas découvert le vaccin contre la rage, créé une entreprise ; fait voter une loi ; tenu de journal ni même eu envie de partir au fond de l’eau avec des cailloux dans les poches de sa robe.

Nicolas lui a reproché au fond du bar dans la télé à Riton de refuser un bon repas chaud, une chambre et le choix entre une douche et un bain. Le mois dernier elle a fui un dortoir bruyant, des femmes à cran d’arrêt dans les mains, le vol de ses chaussures ; un bol d’eau claire teintée ; la vermine ; les puces et la merde ; les douches collectives humiliantes et l’expulsion à sept heures du matin.

Sur son réchaud elle cuit un restant de coquillettes, puis les verse dans une assiette à dessert pour manger un repas servi à ras bord mais ne se dupe pas. Hier l’assistante sociale de secteur lui a passé une communication improvisée sur son portable. Dans le récepteur on battait le briquet, une blonde grésillait et Clara croyait sentir la fumée qu’on recrache chez son père. Elle en avait les larmes aux yeux. Elle avait égrené et terminé les derniers mégots du cendrier en début de semaine.

Le vieil homme au téléphone n’était pas content. Il mange toujours ses chocolats liégeois de la même manière : « D’abord j’attrape délicatement un nuage de chantilly à la surface qui fond rapidement sur ma langue. Puis je creuse un puits dans le chocolat noir et remonte une cuillérée à ma bouche que je retourne en fin de course. Et seulement après je termine en mélangeant le blanc et le noir. Toujours. Sauf à midi. je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai voulu commettre une folie et mélanger directement après avoir retiré l’opercule. C’était nul ! Aucun plaisir. Je peux te dire que je passe une journée de merde. Quand est-ce que tu  viens me voir ? »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Loïs De Murphy 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines