Magazine Culture

Revue Passage d'encres, "Poésie numérique" (une lecture d'Alain Helissen)

Par Florence Trocmé

Passagedencrepoesienumerique Face aux multiples possibilités offertes par l’ordinateur, la poésie ne pouvait que s’en accaparer pour espérer y trouver de nouvelles formes à son art. Sous l’appellation poésie : numérique, la présente livraison de Passage d’encres se propose de dresser un premier état de ces nouvelles expérimentations poétiques. À l’initiative d’Alexandre Gherban et Louis-Michel de Vaulchier, une dizaine de poètes et de chercheurs-universitaires se sont réunis mensuellement dans un atelier à Malakoff. De ces rencontres est né le séminaire poésie : numérique. Christiane Tricoit a laissé carte blanche aux deux initiateurs cités plus avant pour réunir un dossier constituant l’intégralité de ce numéro. Soucieux de ne pas verser dans un langage trop « rébarbatif » qui s’adresserait à un seul public « d’initiés », Alexandre Gherban et Louis-Michel de Vaulchier ont sélectionné 27 questions interrogeant de manière assez « basique » les aspects de la poésie numérique. Cela commence par une tentative de définition : en 2 mots, la poésie numérique c’est quoi ? Réponse d’Alexandre Gherban : c’est la poésie qui utilise l’ordinateur pour créer des œuvres de poésie spécifiquement ; des œuvres que l’on ne peut pas créer par d’autres moyens. Pour Philippe Boisnard, il y a des poésies numériques, toutes distinctes et non assimilables à un seul courant. Question N°7 : la poésie numérique est-elle de la poésie ? Un poème numérique n’est pas fait pour être lu, avance Philippe Castellin, artiste invité de ce numéro qui évoque plutôt un « flux , un processus ». Pour compléter ces approches en 27 questions, une dernière partie propose quelques textes théoriques. Toutes les pages de la partie « questionnaire » sont traversées d’une bande visuelle présentant des « captures d’écran » qui illustrent les potentialités de la poésie numérique. Les mots parfois y sont absents. Des images sans le moindre mot, ni même la moindre lettre, est-ce de la poésie ? Ce dossier suscite bien d’autres interrogations. Il a le mérite, en tout cas, de s’intéresser à un territoire poétique spécifique qui allie homme et machine dans des créations encore balbutiantes ou déconcertantes mais qui pourraient bien offrir de réelles perspectives à la création poétique. Quelques aperçus des travaux de Philippe Bootz, Tibor Papp ou Philippe Castelin en témoignent.

Contribution d’Alain Helissen

Passage d’encres, N° 33 : « poésie : numérique »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines