Magazine Culture

Les dames du temps jadis, c'était mieux hier suite...

Par Bernard Vassor

Par Bernard Vassor

Petition des filles publiques hauteur.jpg Cette nouvelle requête, qui fait suite à la complainte sur un mode humoristique de "ces demoiselles", bénéficie du soutien de marchands, surtout du quartier du Palais Royal qui voyaient leurs recettes fondre, du fait de l'interdiction pour les filles publiques de déhambuler autour et à l'intérieur, et dans les galeries du Palais Royal, le terrain de chasse le plus en vue de la capitale. Ajoutez à cela la fermeture de maisons de jeu clandestines. Ces mesures furent prises par le dernier préfet du cabinet du prince de Polignac. Edictées en mai, les ordonnances tombèrent comme des feuilles mortes en juillet avec le renversement de Charles X.  C'est la nommée Pauline de la chanson qui demeurait 10 rue Froidmanteau comme Laure citée dans la complainte sus-nommée, qui écrivit cette pétition qui bénéficia de deux cent soixante quinze signatures et fut "apostillée" par messieurs les épiciers, cabaretiers, limonadiers et marchands de comestible, estimant qu'il était fait un tort considérable et très conséquent à leur commerce. 'ordonnance interdisait toute circulation et même de paraître dans les jardins, les galeries et les lieux "circonvoisins".  palais royal dames cadre largeur.jpg La dame Laure écrit : Monsieur le Préfet : "D'aucuns disent qu'on vous a persuadé qu'il fallait rogner les ongles aux filles de joie; qu'elles affichaient un "lusque" insolent, vu qu'elles prospéraient trop. Ah ! monsieur le Préfet, si l'on vous a dit ça, on vous a fièrement menti. Je comprend bien que le métier a été bon; mais depuis longtemps il ne vaut plus tripette" (c'était mieux avant !) "Un si grand nombre de nobles dames, de bonnes bourgeoises, s'en sont mêlées, et livrent leur marchandise à si bas prix, sans y perdre, vu qu'elles ont sur nous l'avantage de pouvoir exercer sans payer patente, que je vous le jure sur mon honneur, il n'y a plus moyen pour nous de soutenir la concurence" (..)"Réflechissez bien monsieur le Préfet, qu'il y aurait plus que de la barbarie de votre part à ne pas révoquer une ordonnance qui plonge dans la désolation des désolations un tas d'innocentes filles qui ne peuvent mais, des sarcasmes que les enragés d'écrivains libéraux ne cessent de lancer contre votre toute "paternelle" administration" Le Préfet de police Claude Mangin (1786-1835)-procureur général à la cour royale de Poitier, avait été nommé le 13 août 1829. Il ne fêta pas son premier anniversaire dans ses fonctions, il tomba comme une poire blète en même temps que Polignac et le duc d"Artois. C'est lui qui ordonna la saisie des presses qui ne respectaient pas les ordonnances de Saint-Cloud, ce qui provoqua la révolution de Juillet. Toucher à la liberté de la presse ne facilite pas le dur métier de despote !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines