Magazine Conso

Le Rapport de Brodeck de Philippe Claudel

Par Grandlivredumois

Un village emprisonné dans son silence
Une brume envoûtante plane sur les livres de Philippe Claudel, qui n'aime ni les précisions géographiques ni les dates exactes. Il est probable que l'action de son nouveau roman se situe dans un village perdu des Alpes autrichiennes vers 1947.

Brodeck est chargé par le maire de rédiger un rapport sur ce qu'il faut bien appeler le lynchage d'un artiste étranger par les habitants déchaînés. Qui était cet homme ? D'où venait-il ? Comment a-t-il suscité cette rage meurtrière ? En tentant de répondre à ces questions, Brodeck est amené à évoquer sa déportation pendant la guerre et le sort atroce réservé à sa femme. Quand le brouillard commencera à se dissiper, quand le mystère s'éclaircira, le lecteur comprendra la portée universelle du fameux rapport commandé à Brodeck...

L'avis du Comité

En quelques romans, Philippe Claudel a imposé sa voix. Dans Le Rapport de Brodeck, il adopte une fois de plus le ton de la fable. La Seconde Guerre mondiale et les camps de la mort se dessinent en arrière-plan, mais il ne fournit aucun détail précis : aucun nom de pays ou de personnage historique. Du coup, c'est l'humanité dans toute son horreur et sa beauté qui apparaît. Les êtres qui peuplent son roman acquièrent une dimension universelle.

L'extrait

"Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien. Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache. Moi je n'ai rien fait, et lorsque j'ai su ce qui venait de se passer, j'aurai aimé ne jamais en parler, ligoter ma mémoire, la tenir bien serrée dans ses liens de façon à ce qu'elle demeure tranquille comme un fouine dans une nasse de fer. Mais les autres m'ont forcé : "Toi, tu sais écrire, m'ont-ils dit, tu as fait des études." J'ai répondu que c'étaient de toutes petites études, des études même pas terminées d'ailleurs, et qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir. Ils n'ont rien voulu savoir : "Tu sais écrire, tu sais les mots, et comment on les utilise, et comment aussi ils peuvent dire les choses. Ca suffira. Nous on ne sait pas faire cela. On s'embrouillerait, mais toi, tu diras, et alors ils te croieront.""


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Grandlivredumois 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte