Magazine Culture

Ci-gît l'armoise, d'Alice Massénat (une lecture de François Rannou)

Par Florence Trocmé

Massénat Après Le Catafalque aux miroirs (Apogée, 2005), Alice Massénat, trop discrète, nous propose un livre saisissant. L’énergie développée à l’intérieur de chaque poème crée un mouvement continu qui s’amplifie. Rebelle à toute assise du poème, Alice Massénat bouleverse rythmes, images et registres de langue par nécessité : la nudité intérieure du monde la traverse comme la grille de chair d’Artaud, la révolte s’offre à nous comme un don, fulgurant poème d’Amour — dédié à quelques-uns, mais à l’Autre qui toujours signifie le manque, l’inadéquation, relance la révolte profonde du corps-mots-gestes. L’armoise, autre nom de l’absinthe, mais qui rappelle aussi l’herbe chère à Aïgui, pousse dans les décombres, sur les voies ferrées, au bord des routes…sauvage sans renoncement, si le poème l’arrache, c’est pour ensemencer le temps mort du réel qu’il faut revitaliser !
Il faut saluer cette édition soignée, à la belle maquette. Au catalogue de cette toute jeune maison, on peut lire Pierre Peuchmaurd, Éric Ferrari et Laurent Albarracin.

Contribution de François Rannou

Alice Massénat
Ci-gît l’armoise
Editions Simili Sky (Véronique Loret, 9, rue Garibaldi, 93400 Saint-Ouen)

sur le Catafalque aux miroirs


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines