Magazine Culture

X 2203 de Jean Bollack

Par Florence Trocmé

sur les X de Jean Bollack

X 2203. 11 octobre 2007

La Grèce qui, selon Meschonnic, a pris, dans l’histoire des littératures, une place disproportionnée, a légué les mètres. C’est un cadre, puis une forme, comme l’alexandrin pour Mallarmé. Le « verset » biblique (ou son équivalent) peut s’y couler. La forme poétique n’est pas proprement imposée par le mètre, elle résulte à un deuxième niveau de la façon d’en tirer avantage, qui est inséparable de la constitution du sens. Ainsi le mode est une réutilisation seconde des ressources métriques ; la prosodie ne représente que l’un des éléments de la structure sémantique.

Le vers en Grèce a précédé la prose ; la phrase, d’abord liée au mètre, s’est libérée. Ce n’est pas qu’on soit passé au langage ordinaire, et non plus poétique. La poésie joue un rôle sans doute plus important. La prose est née d’une écriture, qui s’est donné une forme, plus libre, mais non sans rythme. La prose a son art - il existe une « prose d’art » raffinée (“Kunstprosa”), maîtrisée par les premiers historiens. C’est de la “rhétorique”, en prose, déconsidérée chez Meschonnic, parce que grecque. Le rythme, déjà distinct, dominait le mètre, plus qu’il ne le suivait ; il s’autonomise davantage, dans la syntaxe d’une phrase libre, qui l’intègre, et en un sens le produit. La relation avec l’énoncé est au fond restée la même. En ce sens la division que postule Meschonnic n’a pas véritablement d’existence. L’art est sans doute plus marqué chez certains prosateurs, comme Platon, que chez d’autres, et plus diversifié. La réflexion sur la forme - ou une non-forme - donnée à l’énoncé, reste largement présente ; elle conserve les moyens de se rendre complexe, voire énigmatique, en prose.

©Jean Bollack

Contribution de Tristan Hordé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les X de Jean Bollack

    rappel : Depuis des décennies, Jean Bollack tient un journal ; ses notes, marquées X et suivies d'un numéro, réunissent des observations et des réflexions faite... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Jean Bollack : X 2195

    sur les X de Jean Bollack X 2195. 11 novembre 2007 Le sens d’un texte, c’est ce sur quoi on peut se tromper et sur quoi effectivement, et quasi par nécessité, o... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Jean Cayrol

    Poète, romancier, essayiste et éditeur, Jean Cayrol est né le 6 juin 1911 à Bordeaux. Durant la Seconde Guerre mondiale, il entre dans la Résistance dans le... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 2198, de Jean Bollack

    sur les X de Jean Bollack X 2198. 11 octobre 2007 Philippe Lacoue-Labarthe estimait que les poèmes de Celan étaient « intraduisibles » (et se soustrayaient... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Les X, de Jean Bollack

    Sur les X de Jean Bollack X 2242. 18 novembre 2007 James K. Lyon se demande, dans la préface de son livre (Paul Celan and Martin Heidegger, Baltimore, 2006),... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Deux X de Jean Bollack

    Sur les X de Jean Bollack X 2153. 5 septembre 2007 Rilke trouvait la vérité du peuple dans les rues de Paris et dans l’agitation de la ville, là même où il... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 2167, 2168 et 2172 de Jean Bollack

    sur les X de Jean Bollack X 2167. 22 septembre 2007 L’Orphée des sonnets, c’est celui de Rilke, la voix qu’il entend en son for intérieur ; c’est sa poésie, et... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18346 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines