Magazine Cinéma

Le plaisir de chanter (2008)

Par Eric Culnaert

Le plaisir de chanter sur la-fin-du-film.com A la fin il meurt

Müller est un banquier qui a fait des affaires avec des trafiquants russes d’uranium enrichi. Des espions du Moyen-Orient le torturent pour connaître ses secrets, mais il meurt sans avoir pu révéler autre chose que ceci : il possédait l’organigramme du trafic sur une clé USB. Reste à trouver celle-ci. Sa veuve, Constance (Jeanne Balibar), l’a-t-elle en sa possession ? Cette Constance, femme très naïve et qui ne sait pas ce qu’est une clé USB, prend des cours de chant chez Ève (Évelyne Kirschenbaum), en souvenir de son mari défunt, qui était musicien et mélomane. Ève, très rigoriste, très attachée à l’art lyrique, est aussi la mère abusive du jeune, pur et beau Joseph (Guillaume Quatravaux), doté d’une très belle voix de ténor, mais qui n’aspire qu’à prendre le large, loin de sa mère, comme tout le monde.

Or une nuée d’espions s’intéressent au même objet. D’abord, les agents français, Muriel (Marina Foïs) et Philippe (Lorànt Deutsch). Puis le clan libanais qui a torturé Müller : Reza (Frédéric Karakozian), Noémie, la sœur de Müller (Nathalie Richard) et Julien (Julien Baumgartner), jeune prostitué bisexuel de 29 ans qui se vend en solde en fin de mois mais qui a une très belle voix. Puis Anna, venue d’on ne sait où. Et bientôt un groupe coréen !

Entre deux cours de chant et travaux d’approche pour s’introduire chez Constance, tout le monde couche avec tout le monde. Ainsi, Philippe a couché avec Muriel, son chef hiérarchique et qui est obsédée par l’idée de son propre vieillissement et par l’idée d’avoir un enfant. Julien couche avec Muriel, gratuitement la première fois, contre cent euros la fois suivante ; puis avec Constance, car il en a reçu l’ordre. Et Constance couche avec Anna…

Mais Julien, venu pour cambrioler chez Constance, y a trouvé Anna et l’a tuée. Constance trouve le corps dans sa baignoire, et c’est Philippe qui se charge de le faire disparaître. Puis Constance s’aperçoit qu’elle n’aime pas le chant lyrique, préfère la variété, et veut quitter le cours de chant, mais les autres espions, affolés, l’incitent à rester, et Ève doit supporter qu’on enseigne les tubes du genre Star’ac chez elle !

Enfin, Joseph révèle à Philippe et Muriel que c’est lui qui a la fameuse clé USB – ne me demande pas comment, lecteur épris de logique –, mais Julien a été pris en otage par ses complices, qui l’échangent contre l’objet sur un pont de Paris. Malheureusement, l’opération se passe mal, des coups de feu sont tirés, et Julien est tué. Tout le monde assiste en pleurant à ses obsèques.

À la fin du film, Constance donne un mini-récital dans un studio de Radio-France, Philippe avoue qu’il aime Muriel, et Ève comprend que tous ses élèves lui étaient envoyés par l’espionne Noémie. Elle les a donc tous perdus, et Joseph doit recommencer à distribuer des prospectus pour dénicher des élèves à sa mère. On n’échappe pas à la Fatalité, comme disait la belle Hélène, et comme aurait pu conclure allocine.fr.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Martine
posté le 18 décembre à 00:35
Signaler un abus

Je me suis bien amusé. Je ne trouve pas que la nudité soit gratuite dans son film, mais elle fait partie intégrante du scénario. Tout le monde s'y est d'ailleurs prêté sauf Lorant Deutsch dont le slip kangourou détonne dans une ambiance aussi libre.

Les dialogues sont percutants, la mise en scène inventive. ça vaut le coup.

A propos de l’auteur


Eric Culnaert 106 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines