Magazine Cinéma

Juliette Binoche à la Cinémathèque : génération 80, anti-futile

Par Vierasouto

Un temps d'Apocalypse sur Paris et Binoche est coincée dans les embouteillages, moi aussi, ça tombe bien, c'est à l'échelle de la rencontre, Juliette Binoche est profondément humaine, avec une farouche volonté d'être "comme tout le monde" lisible sur son visage, sa façon de marcher, de bouger, une femme qui court dans la ville, dans la vie, pour ne pas arriver en retard et qui accepte de ne pas tout contrôler, mieux, de tirer parti de ses défaillances, de ses défauts. Avant la recontre-débat avec Serge Toubiana, on passe un extrait de "Mauvais sang" de Leos Carax qui fut son compagnon, elle en parlera ensuite librement. Cet extrait présente une caractéristique : ce sont des gros plans sur son visage angélique, les cheveux coupés courts à la Louise Brooks. C'est ainsi que Carax la voyait, la voulait, voulait la voir, c'est ce que dira Binoche quand Toubiana comparera "Mauvais sang" avec le...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines