Magazine Bd & dessins

Alcool et... JEUNES.

Par Laporteplume
Interdire la vente d’alcool aux jeunes… n’est-ce pas s’attaquer aux symptômes plutôt qu’à la maladie ?
Pourquoi ne pas leur interdire la vente de voitures, afin de leur éviter la mort par excès de vitesse… la vente de téléviseurs pour leur éviter l’abrutissement par des chefs de chaînes pourvoyeurs de « temps de cerveau humain à Coca-Cola »… la vente de livres et journaux édifiants, afin de leur éviter de sombrer dans la révolte active…
INTERDIRE !
Et si, au lieu d’interdire… interdire… interdire… aux jeunes, aux vieux, aux femmes, aux enfants, aux ouvriers, aux pêcheurs, aux malades, aux sidérurgistes, aux ours des Pyrénées, aux lynx des Vosges… on s’autorisait à regarder notre société en face, ses disfonctionnements institutionnels, ses ratages économiques et sociaux, son mépris officiel des valeurs essentielles dont le seul respect permet une vraie vie sociale, ses mensonges, ses faux espoirs, ses miroirs aux alouettes, ses manipulations, sa mise en scène permanente d’une réussite réservée exclusivement aux... autres, son école en détresse, sa justice en capilotade, son parlement d’opérette, son sport camé, ses banques-racket, ses prisons-suicide, ses amusements-réalité, son avenir mort avant d’avoir vécu…
Et si, au lieu de s’en prendre aux symptômes (spécialité des mauvais médecins), on s’attaquait réellement à la maladie…
Et si on commençait à respecter nos jeunes, sur les bancs de l’école, dans les files d’attente et les cités d'universités, dans les entreprises, sur les marchés (tant de l’emploi que de la mode !), dans la vie de tous les jours…
Si nous les regardions autrement, comme ceux qui portent à bout de bras notre devenir, plutôt que comme des objets encombrants…
Si nous savions voir dans leurs yeux la Lumière qui, pourtant, nous éclaire…
Peut-être seraient-ils moins malades, ces citoyens de demain de la « France d’en bas »…
Peut-être auraient-ils moins besoin de vitesse et d’alcool !
Et nous… de lois fallacieuses imaginées par la « France d’en haut ».
Salut à vous, les JEUNES !

Combien d’enfants, parce qu’ils avaient envie d’atteindre la lune, ont été traités d’imbéciles par leurs parents !
Françoise DOLTO Les chemins de l’éducation Folio Essais 2000 p. 482

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Laporteplume 219 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte