Magazine Culture

Anthologie permanente : Christophe Tarkos

Par Florence Trocmé

Pour revenir sur l’important évènement éditorial que représente la parution, chez P.O.L., du premier volume de l’œuvre de Christophe Tarkos. Écrits poétiques constitue la première édition posthume de l’œuvre du poète, mort prématurément en 2004. Ce livre rend enfin accessibles des textes majeurs publiés de son vivant mais pour la plupart aujourd’hui pratiquement introuvables.

Voir la présentation de ce livre dans Poezibao

Voir un reportage réalisé lors d’une lecture autour de Christophe Tarkos, au Divan.

Ma langue est poétique par toutes ses pores, par tous ses membres, le long de toute sa sublime sensibilité révélée par ses mots magiques, tous ses mots, le moindre de ses mots si beaux, si purs, si musicaux, si heureux, les mots de ma langue sont délicieusement poétiques. « Broute », l’un de ses mots magiques, ma langue recèle d’innombrables mots magiques, et chacun d’eux possède la grâce naturelle d’une joie sonore, ainsi broute est la pousse, est le bourgeon, l’herbe verte, toute l’herbe verte d’où broute se départ et traîne, d’où broute remonte, accroche la racine, remonte de par terre, renaît, retrouve sa forme divine, s’amplifie, résonne, Breust Yan ! mord ! mord le bois, mord l’écorce, mord le bois du tronc, mord le bâton, mord les coups de bâton, mord les racines, mord le mors de bois entre les dents. Serre, à la racine, l’écorce !

Christophe Tarkos, Ma langue est poétique in Écrits poétiques, P.O.L., 2008, p. 52

*

L’argent est la valeur sublime.

Il existe une valeur universelle, l’argent. L’argent est la référence des bonnes et des mauvaises pensées. Des actes bons et des actes mauvais. L’argent est aimé, l’argent aimé donne la force de se mouvoir et de penser. La valeur sublime ne trompe pas, se donne à tous, à tous les instants, toujours disponible et toujours sûre. L’argent est la seule valeur totalement et immédiatement utilisable.

L’argent donne de la valeur à tout ce qui est, à un geste, à une parole. Répand le poids de chaque frémissement. Donner à la valeur sublime toute sa pensée est recevoir un guide sûr pour se comporter. Un comportement et une pensée précis sont attachés à la valeur universelle de l’argent. L’argent entraîne un apaisement de l’esprit.

Christophe Tarkos, L’Argent, in Écrits poétiques, P.O.L., 2008, p. 263

*

je m’agite.
de la décision de ne plus être de la matière que je suis.
de la matière dont je suis fait.
de cette matière-là.
de cette colle-là.
de cette glu-là.
de cette peau-là.
de ce cœur-là.
si je ne veux plus être de cette façon-là.
je n’ai pas d’autre solution que de repartir.
que de rejoindre une autre matière.
que de revenir en arrière.
que de tout faire cesser.
ce qui ne pourrait pas continuer avec cette matière-là.

Christophe Tarkos, Je m’agite, in Écrits poétiques, P.O.L., 2008, p. 313

Christophe Tarkos dans Poezibao :
bio-bibliographie, une lecture autour de, extrait 1

 

 

Index de Poezibao
Une de Poezibao
Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com :
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule″

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Nicolas Pesquès

    III Deux empires enchevêtrés : dehors, celui des images en face, qu’il féconde et qui le fouille, l’autre cet enchevêtrement est d’un seul corps qui veut... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Gilbert Lely

    Écrit à Sainte-Radegonde Le petit jour d’hiver, tremblant sous ses étoles, Des tours de Saint-Gratien grisaillait les coupoles. Amour ! tu m’éveillas dans... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Georg Trakl

    Chant du soir Le soir, quand nous allons par les sentiers obscurs, Se lèvent devant nous nos formes blêmes. Quand la soif nous saisit, Nous buvons les eaux pâle... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Eluard

    Première du monde à Pablo Picasso Captive de la plaine, agonisante folle, La lumière sur toi se cache, vois le ciel : Il a fermé les yeux pour s’en prendre à to... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Dhainaut

    Sacrifier Accomplir Nuit cette nuit vol qui vient de la mer ultime aussitôt pierres astres muets cette constellation de mots tombée s’inscrira-t-elle éparse... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Robert Walser

    Les éditions Zoé viennent de faire paraître un recueil de poèmes de Robert Walser, dans une traduction de Marion Graf. Lire l’article qu’Alain Lance a consacré ... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Gérard Macé

    L’enfant prodigue [...] Le goût du lait revient en parlant, le lait caillé dans les bols quand la lune rousse éclairait la faïence et l’eau qui dort. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18091 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines