Magazine Beaux Arts

Audition

Publié le 09 décembre 2008 par Marc Lenot

D’abord, un e-mail dont on se demande si on est le bon destinataire : “Compagnie de danse invite danseurs à auditionner, envoyer CV”. Ensuite se fait jour l’idée que, comme pour X-Event 0, il doit s’agir là d’un détournement. Enfin, compréhension qu’il s’agit bien de l’audition d’une cinquantaine de danseurs postulant pour quelques ouvertures dans la compagnie Les gens d’Uterpan, mais qu’en même temps cette audition va se passer devant un public (au théâtre de Vanves le 6 décembre, dans le cadre du festival ArtDanThé), et que ce public sera, non pas juge, non pas seulement spectateur, mais aussi matériau.

x_caclamaelas18.1228774203.jpg
Matériau d’abord parce que la relation au public est au coeur même de la philosophie d’Annie Vigier et de Franck Apertet, non pas de manière abstraite, théorisée, mais en explorant les frontières entre danseur et spectateur, en mêlant parfois les genres, en jouant sur le flou de ces limites.

Donc une audition : appel des noms, puis explication des règles du jeu, de l’économie impitoyable  de notre univers de sélection, d’élimination; pour des danseurs peu sûrs d’eux, ce doit déjà être trés déstabilisant, voire irritant. Explication aussi des exigences, de cette nécessité d’explorer les limites, d’avoir l’énergie physique et mentale d’aller jusqu’au bout de soi. Un premier protocole, les courses, physique, nerveux; un second, celui des regards, dense, intense. Des éliminations. Puis un nouveau protocole, jamais encore performé jusqu’ici, dont je ne dirai donc rien, sinon qu’il implique une audace, une anti-pudeur, une proximité des corps, dans lequel le public devient matériau des danseurs, au sens propre du terme. Enfin, la violence du protocole des chutes. Après éliminations successives, restent sept finalistes, certains débutants, d’autres expérimentés, quatre femmes, trois hommes.

Ils et elles ont admirablement bien géré leur stress jusqu’ici, face à des protocoles à risque, exposant leur nudité, dévoilant leur faiblesse, engageant leur corps. Mais quand, à la fin, on leur demande de parler devant le public, de répondre à trois simples questions, aucun n’est à l’aise : maîtrise du corps, mais pas de la parole.

Au delà de l’intérêt d’assister à une audition (et d’admirer la sûreté de jugement des sélectionneurs), il m’est apparu à la fin à quel point il était évident, par rapport à la démarche d’Uterpan, que c’était ainsi que devaient se dérouler leurs auditions, que le public en était en fait un rouage essentiel, un matériau indispensable et que, comme l’oeuf de Colomb, pourquoi n’y avaient-ils pas pensé avant ?  C’est une nouvelle démonstration de cette exploration des frontières, de cette redéfinition du territoire de la danse, dont ils sont les éclaireurs.

Prochaine performance (X-Event 1) le samedi 13 décembre à 18h à la Halle de Skate du Val d’Orge, à Villiers sur Orge (91).

Par égard pour les danseurs qui auditionnaient, je ne mets pas en ligne de photos de la soirée. Crédit photo : Jonas Unger.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marc Lenot 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog