Magazine Cinéma

Le Grand Départ

Par Epicure
Le Grand Départ

Tapis rouge ce soir au Capitole de Québec, pour Le Grand Départ de Claude Meunier. Étonnant, c’est quand même la première fois que ce génie de l’absurde s’attaque à ce médium, lui qui est passé maître dans l’art d’apprêter l’humour en stand-up, au théâtre et à la télé.

Claude Meunier je l’aime. Je l’aime pour Les Lundis des Ha! Ha! qui me faisaient coucher très tard un mercredi par mois dans le temps où le mot magnétoscope n’existait pas encore, et je l’aime surtout, beaucoup, à cause de sa pièce Les Voisins. Parenthèse pour dire que Les Voisins, je l’ai enregistré en 1986 ou 1987 quand on l’a diffusé à Radio-Québec la première fois (le mot magnétoscope venait d’être inventé!) et j’ai passé à travers le ruban de la cassette par excès de play et de rewind. Certaines expressions tirées des Voisins font maintenant parti de mon langage courant (Elle avais-tu l’air d’être pour se mettre en pantalon?) et, avec Irma Vep, c’est probablement le texte qui m’a le plus fait rire dans ma vie. Fin de la parenthèse.

Tout ça pour dire que ce soir, j’avais très hâte de voir à quoi on aurait droit. Comme je m’attendais à un genre un peu plus sérieux avec quelques pointes d’humour, j’ai eu une légère crainte que ça se situe dans la même lignée que la série Détect Inc. (Dieu ait son âme) mais heureusement ce ne fût pas le cas. Sans trop dévoiler l’intrigue, Le Grand Départ raconte l’histoire d’un cinquantenaire qui laisse femme et enfants, pour l’amour d’une femme qui a la moitié son âge. Même si le film ne révolutionne rien, j’ai passé une excellente soirée!

Le scénario, qui flirte entre le drame et la comédie, est très bien dosé et donne droit aux éclats de rire comme aux moments plus sérieux. Faut dire qu’on n’a pas lésiné côté casting. Meunier a fait appel à quelques uns de ses acteurs fétiches comme Marc Messier, Rémi Girard et la succulente Diane Lavallée, merveilleuse dans ce film, qui vole chaque scène où elle apparaît. Patrick Drolet est encore parfait dans son rôle, encore un peu weirdo (pas autant que dans Les Invincibles quand même!) mais toujours efficace. On frôle parfois avec un humour absurde au possible, justement très inspiré des Voisins, sauf qu’on ne tombe jamais dans la grosse comédie qui fait se taper sur les cuisses. À part le personnage trop caricatural de Guylaine Tremblay et quelques autres légers bémols, c’est somme toute un bon film et ça va sûrement “cartonner” au box-office dès vendredi.

En terminant je dois absolument souligner qu’avoir sur une même scène devant soi, Claude Meunier, Rémi Girard et Marc Messier, ça fait pas mal ressortir le côté groupie de la madame. Cela étant dit, je me suis gardé une petite gêne…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines