Magazine Culture

Article : Asie, espèces menacées ! (6)

Publié le 23 décembre 2008 par Julien Peltier

Article : Asie, espèces menacées ! (6) Asie, espèces menacées ! (6)
Les ours lippu et à collier

On les dit « mal léchés », ils sont surtout en danger, à l’instar de bien d’autres espèces asiatiques*. Lorsqu’ils ne constituent pas la cible favorite des dresseurs, qui apprécient leur relative docilité, les ours d’Asie au pelage noir sont victimes de l’intérêt pour leur bile, à laquelle les médecines traditionnelles attribuent des vertus magiques. Empruntons les chemins de traverse à la recherche des camarades de jeu du célèbre « Baloo ».


Article : Asie, espèces menacées ! (6)

© www.photozoo.org
L’ours « lippu »
Dans le livre de la jungle de Kipling, Mowgli grandit sous l’autorité des animaux sauvages, et notamment de l’ours Baloo. C’est le nom hindi de ce plantigrade, qui peut se traduire par « vieil homme ». Il est également connu sous le nom de Melursus ursinus - « ours à miel » - ou bien encore « ours paresseux », car tout comme son homonyme d’Amérique du Sud il lui manque les deux incisives du fond et il passe le plus clair de son temps dans les arbres.
Couvert d’une fourrure noire épaisse et hirsute, aux poils longs, un grand « V » clair marque sa poitrine. Son museau est allongé et se termine par des lèvres proéminentes. Ses pattes avant sont pourvues de longues griffes avec lesquelles il creuse le sol et les termitières. L’ours lippu est réputé pour avoir mauvais caractère. Il possède une mauvaise ouïe et fait beaucoup de bruit en respirant, ce qui l’empêche parfois de se rendre compte de la présence d’intrus. Il devient alors très agressif. Actif la nuit, l’ours lippu passe la journée dans les branches ou dans des grottes. Il habite les forêts tropicales de l’Inde, du Sri Lanka, du Bangladesh, du Népal et du Bhoutan. Sa taille peut atteindre près de deux mètres, pour un poids de 80 à 140 kg.
Article : Asie, espèces menacées ! (6)

© Vlay Pandey
[gras]Menaces
Du fait que l’ours lippu n’hiberne pas, il peut s’attaquer aux cultures de mais et de canne à sucre si les insectes viennent à manquer, ce qui le met évidemment en conflit avec les agriculteurs locaux. Mais il a surtout à craindre les hommes du fait que la médecine asiatique traditionnelle prise fort sa bile et sa graisse. Il peut en outre être capturé en vue d’un dressage destiné aux spectacles de montreurs d’ours et aux numéros de cirque. L’ourse réalise alors des tours de force au prix de mauvais traitements et d’atroces souffrances et mutilations.
L’association « Wildlife SOS » en Inde, a entrepris en 1996 une importante investigation sur le trafic des ours et sur leurs entraîneurs, les gitans musulmans Kalandars. Des années plus tard, plus de cent ours danseurs ont été arrachés à ce commerce illégal et cruel, afin d’être réhabilités dans un grand sanctuaire à ours près de Agra. Les Kalandars se montrant prêts à céder leur ours et à renoncer à cette pratique barbare ancestrale se voient proposer des financements pour démarrer une autre activité lucrative. Aujourd’hui, c’est aussi la destruction intensive de la forêt qui réduit l’espace vital des ours lippu. En Inde, leur avenir est tout à fait incertain. En conséquence, l’espèce est classée « vulnérable » sur l’ensemble du sous-continent indien où la perte d'habitat est très sévère.
Les ours ont cependant trouvé refuge principalement dans des réserves initialement créées pour protéger les tigres. Le groupe de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature indique que cette espèce pourrait avoir disparu complètement du Bangladesh au cours de la dernière décennie.
____________________________________________________


Article : Asie, espèces menacées ! (6)

© Zoonaute
L’ours à collier
Aussi dénommé « ours noir d’Asie », ou « ours de lune », à cause du croissant blanc qui peut orner sa poitrine, l’ours à collier, essentiellement nocturne, est également plus sociable. Son régime varié se compose de fruits, glands, graines, pousses et feuilles de bambous, nids d’abeilles, insectes, et même charognes. Attirés pas les dépouilles des proies que le tigre laisse derrière lui, ils deviennent une cible facile pour le félin lorsque celui-ci revient sur son territoire de chasse. L’ours à collier est présent de l’Iran jusqu’à Taiwan, ainsi que dans les îles japonaises. Le Bangladesh, la Birmanie et le Laos marquent la limite de son territoire. Il habite les forêts des zones montagneuses. Durant l’été, il monte jusqu’à 3000 m d’altitude. D’une corpulence sensiblement identique à celle de son cousin lippu, l’ours à collier mesure entre 1,30 et 1,90 m, tandis que son poids peut varier entre 100 et 200 kg.

Article : Asie, espèces menacées ! (6)

© www.dinosoria.com
Menaces
En 2005, la sécheresse estivale dessécha les fruits des bois dans les forêts du Japon, dont certaines furent détruites par les typhons. Des ours à collier descendirent alors des collines vers les villages, attaquant parfois l’homme au cours de leurs déplacements. En représailles, 258 ours furent abattus. Les ours noirs d’Asie ont été très nombreux dans les zoos et les cirques du monde. Faciles à nourrir, souvent dressés pour amuser les visiteurs, ils représentaient une attraction de choix. Au cours des années 90, en Corée du Sud, on pouvait trouver au menu d’un restaurant chic da la patte d’ours braisée… ce genre d’offre plaisait aux clients, et ce malgré la protection des ours à collier par la loi.
Quelques 7600 ours noirs sont détenus dans d’effroyables et insoutenables conditions dans des « fermes » en Chine et au Vietnam, afin de recueillir leur bile. La bile d’ours est censée posséder des vertus curatives; ces croyances fausses mais bien enracinées laissent entendre qu’elle guérirait des maladies et accroîtrait les performances sexuelles des hommes. Les ours ne se reproduisant pas en captivité, les « éleveurs » les achètent à des braconniers qui tuent souvent les mères pour capturer les oursons.
En septembre 2002, le gouvernement vietnamien a réagi au déclin des ours en renforçant les dispositions légales contre le braconnage et toute exploitation des ours. Malgré ces mesures, les élevages privés sont en expansion, et les restaurants servent ouvertement de la bile d’ours. On trouve même des publicités dans les journaux. Ce commerce est très lucratif (une fiole de 2 ml se vend 4 à 8 dollars) et bien protégé.
Au Japon, l'ours à collier est un animal sacré pour certaines populations locales. Il est classé comme vulnérable dans la « Liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature et figure en annexe 1 sur la liste du CITES** ».
Chauve-Souris
* Découvrez les autres espèces asiatiques animales menacées
** Pour plus d’informations, se reporter au premier article

Réagissez à cet article sur le forum du Clan Takeda, en rejoignant le sujet dédié



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Julien Peltier 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine