Magazine Cinéma

Nés en 68

Par Ffred

Nés en 68
L'histoire

1968. Catherine, Yves et Hervé ont vingt ans, sont étudiants à Paris et s'aiment. La révolte du mois de mai bouleverse leur existence. Gagnés par l'utopie communautaire, ils partent avec quelques amis s'installer dans une ferme abandonnée du Lot. L'exigence de liberté et la recherche de l'accomplissement individuel les conduisent à faire des choix qui finissent par les séparer.
1989. Les enfants de Catherine et Yves entrent dans l'âge adulte et affrontent un monde qui a profondément changé : entre la fin du Communisme et l'explosion de l'épidémie de sida, l'héritage militant de la génération précédente doit être revisité.

Mon avis
La saga est un genre que j'ai toujours apprécié. Tout comme les films du duo Ducastel/Martineau. Après des petits films plutôt intimistes, ils nous offrent ici quatre décennies de la vie d'une famille et d'un groupe d'amis. De mai 68 à aujourd'hui tout un pan de l'Histoire de France et du monde vu par les yeux de quelques personnages sur deux générations. Si on peut dire que le film n'est pas parfait, loin de là, il possède de belles qualités qui au final l'emportent et nous font passer un bon moment. Au niveau des moins en vrac : la durée (près de 3 heures) amène forcément quelques longueurs; la mise en scène n'est pas toujours à la hauteur et la direction d'acteurs s'en ressent parfois, le scénario enfile les clichés mais parti de ce postulat on les attend et ils ne nous étonnent pas, mais cela manque un peu de fièvre et de plus de passion(s); les acteurs sont aussi assez inégaux mais il y a de belles choses. Du côté des plus donc : une très belle reconstitution historique, on sent bien le passage d'une décennie à l'autre ponctué par les évènements politiques internationaux, les élections présidentielles françaises et les grands drames ont ponctués l'époque. Techniquement du beau travail, sur les décors, costumes et une belle photos (mais pas sur les maquillages : les personnages n'ont pas l'air de vieillir en 40 ans !). La mise en scène et le scénario réservent tout de même parfois de jolis moments, fulgurants, romantiques ou poétiques, mais pas tout le temps malheureusement. La psychologie des personnages est à peine effleuré, on a du mal à s'attacher à eux, au moins au début. La dernière heure est plus réussie, plus dans le drame et l'émotion arrive enfin à nous toucher. Mais il y a tellement de thèmes abordés qu'aucun n'est vraiment traité en profondeur. Pour les acteurs même si c'est assez inégal, ils s'en sortent bien. Je n'avais vu aucun film avec Laetitia Casta, je craignais donc le pire. Mais finalement je l'ai trouvé pas mal, elle est assez convaincante, plutôt une bonne surprise. Il faudrait que j'en vois d'autres avec elle pour me faire une idée plus précise, car d'après les critiques et avis qui circulent elle est loin d'être une bonne actrice...
Nés en 68 est un film un peu bancal, plein de défauts mais aussi plein de charmes. On sent que c'est fait avec sincérité et malgré les longueurs et les lourdeurs, le tout est plutôt rafraîchissant avec un côté naïf et utopique qui finalement lui va bien, nous touche et nous fait passer un bon moment. Peut être aussi si on est né vers 68...
Edouard Collin et Théo Frilet. Pyramide Distribution Yann Tregouët, Laetitia Casta et Yannick Renier. Pyramide Distribution Laetitia Casta et Yannick Renier. Pyramide Distribution
Laetitia Casta. Pyramide Distribution
Filmo Olivier Ducastel & Jacques Martineau
Nés en 68 Nés en 68 Nés en 68 Nés en 68

Tu dois activer le JavaScript pour afficher cette vidéo. &VideoID;&typevid;
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines