Magazine Cinéma

"Les Trois Singes" : vérités

Par Vierasouto
Que ce film ait obtenu le prix de la mise en scène à Cannes, c'était le moins que le jury pouvait faire car les mots me manquent pour décrire ce que j'ai vu : un film sublime de la première à la dernière image qui n'aurait peut-être que le défaut d'un excès de perfection. Passant du noir et blanc de la première image, par exemple, à une nuit en couleur mais dans la pénombre, éclairée par les phrares d'une voiture, puis les intérieurs de la maison, lieu principal de l'action, aux couleurs désaturées jusqu'à donner  parfois une impression de sépia pâle, de couleur ressemblant au noir et blanc, etc... on dirait que Nuri Bilge Ceylan a réinventé la couleur, a inventé sa couleur, en fabriquant une tonalité hybride, une couleur comme il existe en peinture, le bleu Nattier ou le vert Veronese. La manière de filmer les allées et venues dans la maison est d'une inventivité et d'une maîtrise sidérante bien que j'ai lu dans l'interview de NBC que c'est l'étroitesse du lieu qui a voulu ça, les génies sont modestes! C'est tellement beau qu'on décroche de temps en temps du récit pour admirer... Comme j'avais déjà vu le film en compétition à Cannes cette année mais dans des conditions de manque de sommeil telles que je doutais de pouvoir me souvenir de tout, j'en ai donc profité au maximum à la seconde vision, quel autre mot?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines