Magazine Culture

« introduction À la stratÉgie » par andrÉ beaufre – 11

Par Francois155

L’APPLICATION DE LA STRATÉGIE :

Pour souligner « l’importance de l’application », Beaufre commence par citer le célèbre aphorisme de Napoléon selon lequel « la guerre est un art simple, mais tout d’exécution ». Puis il énumère quelques-unes des qualités (« rarement réunies », souligne-t-il d’ailleurs…) qui font les « vrais hommes de guerre » : « beaucoup de résolution, une tête froide pour que les décisions restent calculées et une volonté farouche pour maintenir l’effort dans la direction du but visé ». Bref, il faut être « à la fois penseur et homme d’action ».

Puis, cette fois-ci « sur le plan des idées », il en vient au « problème capital » que soulève l’exécution : celui « des rapports entre la stratégie et les tactiques ».

Puisque « la stratégie est le moyen d’application de la politique violente », et que « les tactiques sont les moyens d’application de la stratégie », la conclusion s’impose d’elle-même : « les tactiques doivent être subordonnées à la stratégie et non l’inverse ».

Or, car c’est là que se situe l’erreur qu’entend dénoncer Beaufre, nombreux sont ceux qui « expliquent toute l’évolution de la stratégie par l’évolution des techniques ». Corollaire de ce mode de pensée qui prend le problème à rebours : « tout l’effort doit porter sur l’invention des techniques nouvelles et la mise au point des tactiques appropriées. La stratégie qui aura à manier ces tactiques doit être leur subordonnée ».

L’auteur insiste tout particulièrement sur ce « contresens extrêmement grave et d’autant plus dangereux qu’il contient une grande part de vérité, mais une part seulement ».

Quelle est-elle, cette part de vérité ? « C’est que l’avance technique constitue un facteur essentiel de puissance ». En effet, « il est bien évident que l’avance technique et tactique confère un avantage considérable à celui qui en bénéficie, et ceci parce que cette avance confère des moyens supplémentaires ou plus efficaces à la stratégie ».

Mais le point essentiel, c’est que « cette avance peut s’avérer inutile si elle s’emploie au profit d’une mauvaise stratégie ». Rappelant l’expérience douloureuse (et pour lui fort récente) de la France en Algérie, il rappelle cette règle d’or : « il n’y a pas en effet de tactique optimum en soi mais toute tactique ne vaut que par rapport à celle de l’adversaire ». Il y a donc bien quelque chose qui doit dominer la tactique : « le choix des tactiques ».

Or, bien entendu, « le choix des tactiques, c’est la stratégie ».

Mais Beaufre va encore plus loin dans cette prédominance de la stratégie sur les tactiques : « la stratégie d’ailleurs doit non seulement choisir les tactiques, mais elle doit également orienter l’évolution des tactiques afin que celles-ci puissent jouer leur rôle nécessaire en vue de la décision ». Une « tactique possible », comme celle offensive mais trop lente de 1918, « ne correspondait pas aux besoins de la décision ». A cette « tactique possible », il aurait fallu substituer ce qu’il appelle une « tactique nécessaire ».

« Le rôle de la stratégie est donc de fixer aux tactiques et aux techniques le but vers lequel elles doivent tendre dans leurs inventions et leurs recherches. Alors seulement, l’évolution sera dirigée dans des directions payantes, parce qu’elles viseront l’objectif de la lutte : la décision ».

Le lecteur d’aujourd’hui trouve une résonance particulièrement actuelle dans ce chapitre : l’aveuglement technologiste, technophile, est aujourd’hui dénoncé par de nombreux auteurs.

De même, il semble que, à nouveau, nous ayons commis l’erreur que dénonce Beaufre ici : ne pas accorder à la stratégie sa primauté naturelle sur la conduite de l’action violente au profit de l’illusion grisante que nous confère une confortable avance technologique face à des adversaires à qui l’on entendait imposer l’écrasante domination de nos techniques et, partant, de nos tactiques. Tragique illusion dont nous nous remettons à peine : l’ennemi se pose rarement en victime consentante…

CONCLUSIONS :

Pour clore l’ensemble de ce premier chapitre intitulé « Vue d’ensemble de la stratégie », l’auteur nous rappelle qu’il n’y a pas de « pierre philosophale », de formule générale à la guerre : « la guerre est un phénomène social trop complexe pour se laisser dominer par n’importe quelle formule qui ne soit pas une évidence ».

Cependant, et il rejoint ici son appel à une « praxéologie », une science de l’action, formulée lors de l’introduction, la science d’aujourd’hui « se doit de rechercher les moyens de conduire le destin de l’humanité, jusqu’ici abandonné aux empirismes les plus sommaires ». La stratégie, « car elle est le moyen d’action de la politique internationale », a toute sa place parmi les disciplines importantes qui doivent guider les hommes.

Et Beaufre, qui nous a déjà dit à quel point il déplore la méconnaissance de la stratégie et son souhait de voir son étude s’étendre, rappelle toute l’utilité de cette matière pour le présent comme pour l’avenir :

« Ce n’est que par la connaissance de la méthode et des procédés de la stratégie et par leur emploi conscient que les luttes inévitables pourront être conduites en faisant l’économie des erreurs qui ont causé l’effondrement de l’Europe. On peut même espérer que grâce à cette maîtrise, nombre de conflits pourront être empêchés ; et même, pourquoi pas, que la connaissance de l’art de la lutte aboutira à l’élaboration d’un véritable art de la paix fondé non plus sur des tendances morales, mais sur des réalités efficaces ».

Enfin, il s’élève au niveau du politique et même de la philosophie qui doit guider un État et sans laquelle aucune stratégie efficace et pérenne ne saurait être définie. Philosophie et stratégie sont indissociables :

« Mais la stratégie n’est qu’un moyen. La définition des buts qu’elle doit chercher à atteindre est du domaine du politique et relève essentiellement de la philosophie que l’on veut voir dominer. Le destin de l’homme dépend de la philosophie qu’il se choisira et de la stratégie par laquelle il cherchera à la faire prévaloir ».

Par ces mots puissants et limpides, qui invitent le lecteur d’aujourd’hui à méditer aussi sur notre situation actuelle, André Beaufre achève le premier chapitre de son « Introduction à la stratégie ». Le suivant portera sur la stratégie militaire classique.

Note :

Pour faciliter la lecture et ordonnancer les différentes fiches correspondant aux points abordés dans le texte original, le lecteur est invité à se reporter au plan général de l’ouvrage.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francois155 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines