Magazine Culture

Actes du colloque Antoine Emaz (une lecture de Tristan Hordé)

Par Florence Trocmé

EMAZ001 L’Université de Pau se soucie depuis plusieurs décennies d’organiser des colloques autour de poètes contemporains, d’Yves Bonnefoy à Jacques Réda, de Pierre Oster à Jude Stéfan et de Salah Stétié à James Sacré. Yves-Alain Favre, puis Christine van Roger-Andreucci en ont été les chevilles ouvrières ; tous deux disparus, Jacques Le Gall poursuit la tâche. Les actes du colloque consacré à Antoine Emaz les 13 et 14 mars 2008 réunissent quinze contributions, des poèmes inédits et des extraits de Cambouis, notes sur la poésie à paraître en 2009, une bibliographie ; ils donnent aussi à lire après les exposés un beau poème de James Sacré inspiré par Caisse claire1, anthologie de poèmes d’Antoine Emaz.

Les études, pour l’essentiel dues à des universitaires, s’attachent à l’ensemble des écrits, proses et poèmes, à un recueil (Boue, Os, De l’air, Caisse claire), à un poème (Poème du mur, K.O.), aux notes de travail2 ou à des motifs : le rapport au temps, à la mémoire, l’expérience du dehors et celle de l’écriture, la boue, le jardin. Les contributions se recoupent parfois et supposent une bonne connaissance du travail d’Antoine Emaz, ce qui est un peu la loi du genre.

Plusieurs réflexions portent sur la poétique d’Antoine Emaz, avec des points de départ différents. À partir d’une étude du Poème du mur et avec l’appui d’études de philosophes (notamment Husserl), Jean-Patrice Courtois creuse la question de l’évidence, « mode d’apparaître d’un événement sans l’événement de sa formulation » ; ce qui revient à définir l’ordinaire des jours explorés par le poète comme « "sans origine", avec des commencements quelconques ». La manière de voir rejoint ce qu’écrit Jacques Le Gall, pour qui le travail d’Antoine Emaz se définit comme des « commencements toujours recommencés » ; on pense à une note de Lichen, lichen : « Écrire, c’est peut-être risquer une parole en deçà de la question, avant ce qui deviendrait question si l’on travaillait dans l’ordre de la pensée » (p. 22). Citons encore Jean-Patrice Courtois, pour qui l’évidence « est le support négatif de la vérité qu’elle peut véhiculer, à savoir qu’il n’y a pas d’évidence au cœur de la temporalité de l’ordinaire alors même que c’est ce qu’il faut chercher. »
Sans renvoi à des références philosophiques, la lecture de Jacques Le Gall des notes sur la poétique met au jour précisément toute une série de tensions qui ne sont pas étrangères à la notion d’évidence – l’évidence impossible. Ces tensions (non pas oppositions) sont évidemment lisibles aussi dans la poésie, plus ou moins nettement selon le moment de leur publication. Tensions – parce qu’il y a « fêlure, blessure, bien sûr : on n’écrit pas sans cela »3–, tensions entre la langue et la vie, le personnel et l’impersonnel, le dedans et le dehors, les limites et le hors-limites, la trace et la disparition, l’usure et la révolte, les doutes et la confiance. On ne dispose pas à l’issue de cette étude d’un "guide", mais de moyens pour s’orienter et organiser sa propre lecture.

D’autres interventions dans ce colloque s’attachent aux contenus des livres, à l’écriture poétique aussi : on lira le parcours de Jean-Yves Pouilloux4 dans une séquence d’un recueil (Boue), et sa description précise de l’ « exercice impitoyable de la réticence » qui caractérise le travail d’Antoine Emaz, cet effort qui le conduit toujours au « refus de la forme prédéterminée » comme le montre dans sa contribution Catherine Soulier.

La question des influences est également étudiée, par Michel Collot, à travers la pratique des notes et dans les poèmes. Antoine Emaz a souvent dit sa dette à l’égard de Reverdy – il lui a consacré une thèse de doctorat – et c’est cette influence qui est dégagée ici, souvent par la mise en parallèle des textes. On peut en effet rapprocher des propos. Je relis Reverdy : « Le poète doit voir les choses telles qu’elles sont et les montrer ensuite aux autres telles que, sans lui, ils ne les verraient pas » (En vrac, p. 96) et Antoine Emaz : « Un poème, c’est peut-être découvrir (ou révéler ?) la profondeur de l’immédiat » (Lichen, lichen, p. 69). Pour l’un et l’autre, c’est le cours habituel des jours qui compte, c’est là qu’est vécue l’émotion, et « un poème, c’est toujours de la langue sur une émotion qui rend muet »5, et Michel Collot relève, avec d’autres points communs dont la fréquence chez les deux poètes de certains mots (on, rien, notamment), que Reverdy est régulièrement cité dans les poèmes6. Tout cela est indiscutable, mais la proximité des positions vis-à-vis du rapport entre écriture et réalité n’empêche pas du tout une création originale : c’est bien là la conclusion de Michel Collot. La séparation entre Reverdy et Emaz, parmi d’autres points, est d’ailleurs claire sur le statut de l’image quand on relit Lichen, lichen : « Je repense à ce que Reverdy écrivait à propos de l’image et de son nécessaire détachement d’un cadre spatio-temporel précis. Il y a quelque chose de cela dans mon délavement, ma façon d’anonymer assez pour ne garder qu’une situation quasi impersonnelle. Mais Reverdy visait une sorte d’éternité, pas moi... » (p. 83).

On voudrait insister sur l’intérêt des actes de ce colloque, qui complèteront des ensembles déjà consacrés à Antoine Emaz, comme le dossier de la revue NU(e), n°33, en septembre 2006, ou celui du site www.remue.net de François Bon et Ronald Klapka en juin 2002.

Contribution de Tristan Hordé

Actes du colloque Antoine Emaz, textes réunis et présentés par Jacques Le Gall, supplément Triages, éditions Tarabuste, 2008, 23€.



1 Caisse claire, poèmes 1990-1997, anthologie établie par François-Marie Deyrolle, postface de J.-P. Courtois, Points/Poésie, 2007.
2 Lichen, lichen, éditions Rehauts, 2003, et Cambouis, éditions Rehauts, février 2009.
3 Lichen, lichen, p. 40.
4Jean-Yves Pouilloux présente, modestement, son travail dans la continuité d’un excellent article de Chantal Colomb à propos d’Antoine Emaz, "Le poème comme refus de l’informe", que l’on pourra lire sur la Toile : http.//pretexte.club.fr/revue/critique/articles_fr/articles/emaz_le-poeme-comme-refus
5 Antoine Emaz, Cambouis, cité par Jacques Le Gall.
6 Antoine Emaz cite régulièrement d’autres écrivains, par exemple dans Peau, du Bouchet, Baudelaire, Paul de Roux, Pascal, Lamartine...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Max | Le Tigre

    Tigre

    Étant enfant j’avais un Panthéon rempli de héros qui me nourrissaient : Médard Chouart des Groseilliers, Étienne Brûlé, Charles Nungesser, Daniel Boone,... Lire la suite

    Le 17 août 2018 par   Aragon
  • [Rumeur] Tom Cruise aurait refusé un rôle clé dans Green Lantern Corps

    [Rumeur] Cruise aurait refusé rôle dans Green Lantern Corps

    Il y a quelques mois, le site people Crazy Days and Nights évoquait la possible apparition de Tom Cruise dans le long-métrage super-héroïque Green Lantern Corps... Lire la suite

    Le 17 août 2018 par   Linfotoutcourt
    CULTURE
  • Abricots à l’alsacienne

    Abricots l’alsacienne

    Fiche technique : Abricots à l'alsacienne Pour : 6 personnesTemps de préparation : 10 min Temps de cuisson : 30 min Ingrédients beaux abricots bien mûrs : 750... Lire la suite

    Le 17 août 2018 par   Hubjo
    CUISINE, RECETTES
  • 7 Lettres » Olivia Harvard

    Lettres Olivia Harvard

    Editeur : Hachette Romans Livre : ICI Mon meilleur ami, Colton Crest, est mort. C’est moi qui ai trouvé son corps… ainsi qu’un bout de papier, niché dans la... Lire la suite

    Le 17 août 2018 par   Brigittealouqua
  • Jason Bourne : une série Treadstone officiellement commandée

    Jason Bourne série Treadstone officiellement commandée

    USA Network a annoncé avoir commandé une série dérivée de la franchise Jason Bourne, intitulée Treadstone, et s’inscrivant dans l’univers du programme... Lire la suite

    Le 17 août 2018 par   Linfotoutcourt
    CULTURE
  • Mug cake chocolat au thermomix

    , un délicieux dessert au chocolat pour vous. facile à préparer chez vous, voila la recette de ces mugs chocolat au thermomix. INGRÉDIENTS : 125 g de chocolat a... Lire la suite

    Le 17 août 2018 par   Nicole Michelin
    CUISINE, RECETTES
  • [Trailer] Sharknado 6 : c’est enfin terminé !

    [Trailer] Sharknado c’est enfin terminé

    17 Août 2018 Gilles Rolland CRITIQUES 0 commentaire Partager la publication "[Trailer] Sharknado 6 : c’est enfin terminé !" FacebookTwitter Finn, le héros de... Lire la suite

    Le 17 août 2018 par   Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18650 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines