Magazine Société

Gaza : silence, indifférence, vacance et connivences

Publié le 09 janvier 2009 par Boukhari Nacereddine @argotheme

Par N.E. Tatem avec ARGOTHEME 

Cet article a été publié par POPULISCOOP - Faites de votre Info. UN SCOOP

Désarmer le Hamas, le détruire, faire cesser ses artisanales roquettes « Kassam »... Prétexte avoué pour une extermination bien préparée. La fin du mythe de l'impunité d'Israël et de ses sbires de Tsahal vient de commencer.

 l'impossibilité de détruire le mouvement islamiste armé.

e.

L'occident complice, malgré ses lourds médias que ne se partagent plus ses administrés, risque de payer chèrement ses complicités des tueries.

Sourde oreille, pour des questions humanitaires, de Tsahal et des responsables israéliens n'est pas une nouveauté. Depuis des mois, le pain, les médicaments et le lait pour bébés manquaient à cause du blocus de Gaza. L'offensive « plomb dur » est une opération d'extermination du peuple palestinien déjà, depuis 60 ans spolié de sa Terre.  

L'ONU dont l'utilité et la crédibilité ont été ébranlées à maintes reprises, et la toute puissance de son conseil de sécurité contrariée par surtout les USA et ses « sous-fifres » placés en postes avancés d'un impérialisme aussi vieux que la domination permissive des puissants. L'organisation, « sert-elle à quelque chose ? » Se demandent les observateurs qui se préoccupent de la légalité et du droit international.


Guerre à Gaza 2008/2009, les témoignages (1)
Video
Envoyé par Ken-Seton sur wat.tv

Précision capitale, la stratégie du sionisme dans son combat contre le prix Nobel et père de la Palestine, Yasser Arafat, contient le fait majeur de l'encouragement du Hamas, aujourd'hui devenu sa bête noire, l'ennemi juré. Tel était le cas pour la création des islamistes, dans le monde où la révélation de Mohamed a eu à se propager et fut adoptée par les peuples, qui ont été la chaire-à-canon dans l'anticommunisme de l'ultralibéralisme en général et des USA en particulier.

Image hébergée par servimg.com
-
Image hébergée par servimg.com
-
Image hébergée par servimg.com

Finalement, au carnage qui s'opère à Gaza depuis presque 2 semaines chevauchant la fin d'année 2008 et début 2009, le conseil de sécurité onusien vient, le 8 janvier 2009, de voire juste l'abstention des diplomates américains dans son appel du cessez-le-feu. La France pour sa part, ce qui est inavoué dans la parade de Sarkozy au Proche-Orient, a demandé à l'organisation mondiale à partir de l'Egypte de temporiser pour se prononcer. G. W. Bush a mis en accusation le Hamas, omettant de parler du Blocus...

Après 60 ans d'occupation avec le plus sombre colonialisme que connaît l'humanité depuis que les expéditions d'occupation existent, consistant à la spoliation du peuple palestinien de sa Terre, le monde regarde encore ce conflit à travers le monde arabe. Ce dernier décrié, par ses complicités aussi, est loin de toute idée de démocratie, même spécifique à sa culture qu'il croit en posséder les clés de l'adapter à la modernité contemporaine. Cette offensive de Tsahal prétendument pour arrêter les jets d'artisanales roquettes du mouvement islamiste devenu, par l'intuition des comploteurs, à la pointe du nationalisme indépendantiste palestinien vient de la misère causée par le Blocus. L'adhésion de la population vivant un éternel joug, était aussi bien prévisible que désirée.

L'opportunité criminel pour Tsahal des absences...

Dans un contexte de vacance généralisée marquée par : le nouveau président des USA ne prend ses fonctions que le 20 janvier et hérite d'une économie qui l'oblige à s'occuper plus de la ruine du capitalisme que des autres bouts du monde. Le mandat de Mahmoud Abbas a pris fin officiellement le 8 janvier, de ce côté le Hamas compte bien se substituer au « Harkisme » (de harki) du dirigeant impuissant et roulé dans la farine par les ennemis de l'existence d'Etat palestinien dont il rêve. Les préparatifs des élections en Israël ne rassurent guère l'opinion mondiale de l'option de paix. Dans ce dernier cas, celui qui tuera le plus de palestiniens gouvernera l'Etat hébreu. Le ministre de défense israélien, parmi les plus redoutés faucons des va-t-en-guerres, dirigeant du Likoud ne cesse de monter dans les sondages.

L'interdiction des journalistes à entrer à Gaza reste l'une des manœuvres pour que les crimes restent impunies. Plus de 30% des victimes de cette opération dite « Plomb dure » sont des enfants, sans les humanitaires, y compris ceux du terrain, n'arrivent à se faire entendre. L'ONU est carrément mise en échec. Le président de l'assemblée général a été même menacé de mort.

Mais d'autres acteurs manquent encore. Tony Blair, l'ancien Premier ministre britannique et actuel représentant du Quartette (Etats-Unis, Russie, ONU et Union européenne) pour le Moyen-Orient brille par son absence. Il est en vacances croit-on auprès de ceux que cette taraude. Il avait loué un bureau sur tout le quatrième étage de l'hôtel, au nom évocateur, « American Colony » depuis plus d'un an et demi. Il reste invisible et ses collaborateurs parlent d'un travail en coulisses.

Gaza : silence, indifférence, vacance et connivences


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Boukhari Nacereddine 111 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine