Magazine

Gaz : la nouvelle cargaison dÉjÀ payÉe, selon samuel sarr

Publié le 12 janvier 2009 par Black2004

La pénurie de gaz constatée ce week-end ŕ Dakar est-elle due ŕ une rupture des stocks ou ŕ de la rétention chez les commerçants ? En tout cas, le ministre de l’Energie rassure, en regrettant le manque de capacité de stockage, alors qu’un butanier a accosté au port.

Un tour dans les boutiques tout au long du week-end a permis de peser le problčme de la pénurie au niveau des ménages qui ont été pris de court. En effet, les emballages « sociaux » de 2,7 et 6 kg ont connu une rupture de stock que certains boutiquiers interrogés avaient d’abord mis sur le compte d’une rétention des commerçants anticipant sur une éventuelle baisse des prix.

Selon un boutiquier du quartier Ouagou-Niayes approvisionné en seconde main, ces derniers cherchent simplement ŕ augmenter leurs profits. Mais aprčs un tour vers Grand-Dakar et les Hlm, les ménagčres se sont vite rabattues sur le charbon dont le kilo vendu ŕ 150 Fcfa « ne fait pas le poids » en fait. « Cela suffit ŕ peine pour l’encens », entend-on, alors qu’une dame, qui en a acheté pour 500 frs, pense en avoir tout juste pour un repas. L’importance de la subvention sur les emballages de gaz est mieux appréhendée, dčs qu’on sait que cette mesure faite au pif avec un plateau de balance est ŕ multiplier par le nombre de repas, en plus de l’eau ŕ chauffer pour les bains matinaux.

D’oů un certain soulagement ŕ entendre le ministre de l’Energie Samuel Amette Sarr rassurer qu’avec l’arrivée d’un butanier vendredi, tout devrait rentrer dans l’ordre ce lundi. Depuis Saly oů il se trouvait samedi, le ministre a indiqué que notre pays est ŕ l’abri d’une pénurie de gaz.

« Il n’y a pas eu de pénurie. Un bateau est arrivé ŕ Dakar et sera déchargé aujourd’hui », a affirmé le ministre, qui s’exprimait en marge d’un atelier organisé sur le sous-secteur des Hydrocarbures au Sénégal. Et de préciser « aujourd’hui, on a 150 mille tonnes pour une capacité de 10.500 tonnes et chaque semaine, on a besoin de deux butaniers par rotation parce que le port de Dakar ne peut pas prendre plus de quatre mille tonnes ».

Il en a profité pour souligner que des études ont été faites qui devraient permettre d’accroître la capacité pour pouvoir avoir un stock de sécurité suffisant. Cette sortie du ministre vise ŕ couper court ŕ une rumeur qui fait état d’une rupture des stocks de gaz dans le pays. Il a également déclaré que le conflit Russo-ukrainien n’aurait pas d’impacts sur l’approvisionnement du marché national.

« Je peux vous assurer qu’il n’y a pas d’effet direct sur le Sénégal », a-t-il assuré, en précisant au passage que le Sénégal s’approvisionne en Afrique centrale et en Europe. Mais il a admis que la mise en place d’une Opep du gaz par des pays comme la Russie, l’Algérie et l’Iran risque d’engendrer un renchérissement du prix de ce produit sur le marché international.

Le ministre pense que la mise en place d’un tel organisme obéit ŕ cette logique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Black2004 38 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte