Magazine Culture

Anthologie permanente : Ernst Meister

Par Florence Trocmé

le bossu

Il va.
Il a fait un mauvais rêve.
Il va bossu et respire à peine.
Il va.
Son front lui pend sur le ventre.
Il va.
Ses mains plongent de même.
Il va.
Son front est tombé sur son pied.
Il va.
Et devant lui roule sa tête.
Elle répète la litanie :
Je suis chez les vers.
Mon rêve était mauvais.
Il va bossu par le jour.

nuées d’oiseaux

Un soir,
pagaille de piafs piaffant…
serait-ce même
jeu de mots, il devient
vérité,
si noir piaillement,
inouï,
dans le labyrinthe.

Ce doit être
l’automne. Il
fronce les sourcils :
la nuée d’oiseaux
s’élève des
cimes souillées

et prend
au Nord
un cap impénétrable.

signe après signe

Du ciel
il y a surtout
(point de Dieux)
mais il y a
cette Infortune :
étoile du possible.

*

Le céleste :
l’intériorité,
le grain au cœur
du monstrueux,
dont les maîtres du nombre
et de l’innombrable
ont le savoir.

Être-venu-au-jour,
dis-le-moi ;
le cœur du cœur,
dis-le-moi…

Dis-moi cela
au bord palpitant
de la finitude.

Ernst Meister, L’Etoile du possible, choix et traduction de l’allemand par Denis Thouard et Françoise Lartillot, Editions de la Différence, coll. Orphée.

Version originale dans la suite de note

Contribution de Samuel Macaigne

Ernst Meister dans Poezibao :
Bio-bibliographie, extrait 1,

 

der gebückte

Er geht.
Er hatte eine schlimmen Traum.
Ehr geht gebückt und atmet kaum.
Er geht.
Seine Stirn hängt ihm auf den Bauch.
Er geht.
Seine Hände sinken nach.
Er geht.
Seine Strin ist auf den Fuβ geffalen.
Er geht.
Und vor ihm rollt sein Kopf.
Der spricht die Litanei:
Ich bin bei den Würmern.
Mein Traum war schlimm.
Er geht gebückt in dem Tag.

 

 

vogelwolke

 

Ein Abend,
starrend von Staren…
und wärs auch
Wortspiel, es schafft sich
Warheit,
so schwarzes Gezwitscher,
ein unerhörtes
im Labyrinth.

 

Das muβ
der Herbst sein. Er
runzelt die Braue:
die Vogelwolke
steigt aus auf
besudelten Wipfeln

 

und nimmt nach
Norden
Unverständliche Richtung.

 

 

zeichen um zeichen

 

Himmel
gibt es am meisten
(Götter keine),
aber es gibt
dies Unglück:
Stern des Möglichen.

 

*

 

Das Himmlische:
die Innigkeit,
das Gran
im Ungeheueren,
vom dem der Zahl
und Unzahl Meister
Wissen haben.

 

Entstandenheit,
die sag mir ;
woher
das Herzens Herz,
das sag mir…

 

Dies sag mir
an der Endlichkeit
zuckendem Rand.

 

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Auxeméry

    le nerf le muscle la tension le nerf le muscle la tension quelque chose de très vivant qui requière exercice & soumission à ce qui bat à ce qui respire à ce... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Angela Ball

    Que mettre pour un divorce Des chauves-souris dans les cheveux, Mais seulement si elles arrivent à s’y accrocher la tête en bas Convenablement. Du mastic sur le... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Catherine Weinzaepflen

    alors, donc alors Hermès et le sol me lâche il raconte Hermès : le seul dieu qui fit rire Zeus lorsqu’il affirma qu’il ne mentait plus moi empoisonnée... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Varlam Chalamov

    Dans une taille oubliée Je jette des débris de charbon. Ici c’est un esprit de mort, Ici on respire la mort, La terre elle-même suffoque. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jasmine Viguier

    Je se souvient d’un fleuve au vert marin qui traversait sa ville pour s’en aller rejoindre un autre plus au sud. Je se souvient de ce fleuve si différent de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente/Robert Creeley

    Encore en pyjama tard le matin le soleil dans le dos à nouveau par la fenêtre imaginant l’esprit tranquille, imaginant l’endroit où je suis, qui est moi,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Claire Malroux

    Le poids du jour glisse comme un linge usé (ou même pas) des épaules simplement frotté à la peau les épaules un peu plus voûtées d’avoir porté un temps une ombr... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 17561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines