Magazine Culture

Article : Nana

Publié le 13 janvier 2009 par Julien Peltier

Nana
Rock'n Love

Deux jeunes filles très différentes se rencontrent dans le train menant à Tokyo. Leurs caractères sont totalement opposés, tout comme leur look, et pourtant elles sont toutes deux à la poursuite de leurs rêves. Leurs deux vies finiront par s'entremêler et elle ne pourront imaginer la vie l'une sans l'autre. Comme si depuis toujours le destin avait voulu les lier elles portent le même prénom : Nana...



Article : Nana

L'auteur...
Ai Yazawa (あい 矢沢 ) est née le 7 mars 1967 dans la préfecture de Hyōgo. Si Ai est son vrai prénom, le nom Yazawa est un pseudonyme qu'elle a choisi en référence au chanteur japonais Eikichi Yazawa dont elle est fan.
Depuis toujours passionnée par le dessin, elle remporte à 13 ans le premier prix d'un concours organisé par la maison d'édition Shueisha. A 18 ans elle s'inscrit à l'Institut de Mode d'Osaka, qu'elle abandonne un an après, mais sa passion pour la mode la suit dans ses mangas.
Ses premières publications paraissent en 1985, alors qu'elle n'a que 17 ans, et depuis elle a publié plus de 10 séries. Parmi ses œuvres les plus connues, on peut citer Tenshi nanka janai (Je ne suis pas un ange, 8 volumes) qui marque le début de sa célébrité et a été élu n°1 des Shôjo inoubliables au Japon, Gokinjo Monagatari (Gokinjo, une vie de quartier, 7 volumes) et sa « presque suite » Paradise Kiss (5 volumes), et bien sûr Nana (en cours) qui lui vaut sa renommée internationale.
Article : Nana

L'histoire...
Nana Komatsu est une jeune fille insouciante, rêveuse et naïve. Elle vit en province où elle mène des études sans réussite et collectionne les histoires de cœur déçues. Lorsque ses amis et Shoji, son petit ami, partent à Tokyo pour étudier, elle décide de quitter sa famille pour les rejoindre. Nana Osaki, jeune fille déterminée au passé torturé, ne vit que pour son groupe de punk, Blast (Black stone), et son grand amour Ren Honjo, guitariste. Ce dernier va quitter leur ville natale pour rejoindre le groupe à succès Trapnest et Nana se promet de réussir dans la chanson. Pour cela elle décide de rejoindre Tokyo mais sans reprendre contact avec Ren.
C'est dans le train que les deux Nana, que tout semble opposer, se rencontrent. Elles se retrouvent à Tokyo et décident de partager le même appartement, celui qui porte le numéro 707, comme un clin d'œil du destin (Nana signifiant 7).
Elles vont traverser ensemble les moments heureux comme malheureux, leurs amours, la progression du groupe Blast, leurs histoires d'amitié... en gardant comme leur bien le plus précieux, ce lien très fort qui les uni.
Article : Nana

Les graphismes...
Les dessins sont très caractéristiques de Ai Yazawa : corps assez maigres, visages plutôt ronds, bras et jambes très élancés. Les yeux sont toujours très expressifs et certaines images se passent de dialogue tant l'intensité mise sur les visages des personnages nous donne toute l'émotion de la scène. Les décors sont relativement pauvres mais cela ne dessert pas l'histoire, au contraire. Les looks des personnages sont très soignés, on retrouve la passion de l'auteur pour la mode, en particulier les création de Vivien Westwood qui sont une référence tout au long de la série. En résumé, les graphismes du manga collent très bien à l'histoire et nous plongent très vite dans l'ambiance particulière de Nana.
Article : Nana

Pour aller plus loin...
Nana est un Shôjo plutôt à part. Le ton est très mature et son histoire est très ancrée dans la réalité. L'ambiance est souvent triste et mélancolique, on est très ému et on referme certains tomes la gorge nouée. Mais d'autres passages sont très drôle, et l'humour de Ai Yazawa se révèle assez surprenant.
Les personnages sont tous très recherchés. Ils ont leurs qualités, leurs défauts, leurs histoires. Leur charisme nous accroche dès leur première apparition et on s'attache à chacun d'entre eux. On suit ces jeunes gens qui deviennent adultes petit à petit, non sans peine. L'évolution des héroïnes est remarquablement décrites, on les voit grandir, faire des choix douloureux, tenter de ne plus avoir peur d'être seule. D'ailleurs ce thème de la dépendance aux autres est récurent dans le manga.
Les relations amoureuses sont également décrites avec maturité. Loin des histoires d'amour superficielles, répétitives et qui n'en finissent pas de ne pas se concrétiser, de certains classiques du genre, Ai Yazawa nous livre des relations réalistes. Ces jeunes ont 20 ans, leurs histoires connaissent le mensonge, les trahisons, le sexe, les faux pas, les petites attentions. Ils nous touchent car ils sont proches de nous.
Mais le manga nous montre aussi les dessous du monde de la musique et l'évolution des groupes au travers des médias, des fans et des paparazzis. Les personnages doivent jongler entre les paillettes et la boue, entre leurs rêves et la réalité.
Enfin, on a le plaisir de découvrir un peu de la société japonaise contemporaine à travers les héros. Les fêtes traditionnelles se mêlent à la vie moderne des jeunes d'aujourd'hui et la traduction française a eu la bonne idée de garder certaines expressions typiques qui sont expliquées en fin de tome.
En bref, Nana nous offre un festival d'émotions, des personnages qu'on aime et dont on suit chaque aventure avec fébrilité, dans une ambiance rock décoiffante !
Nana (ナナ)
de Ai Yazawa (あい 矢沢 )
VO : Nb. vol. : 16 (en cours de parution)
Editeur : Shueisha
Prépublié dans le magasine Cookie
VF : Nb. vol. : 15 (en cours de parution)
Editeur : Akata/Delcourt
Tam
Le manga « Nana » est sélectionné pour le 36e festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême, dans la catégorie « Sélection jeunesse» : Voir la sélection officielle
Réagissez à cet article sur le forum du Clan Takeda, sur le sujet consacré



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Julien Peltier 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine