Magazine Culture

Anthologie permanente : Wanda Heinrichová

Par Florence Trocmé

Les poèmes présentés ici ont été traduits par Petr Král

déclin de l’Occident

pointe de l’Europe
dérision dans le mot Oostende
le vent le traverse siffle confirme la fin
les lettres o perfides ronds de fumée
le monsieur sur la berge sans tarder se retrouvera dans la mer
avec son fauteuil à bascule son cigare
il n’y a qu’à le pousser par derrière
par un temps livide hors toute saison

dans les terres les feuilles tremblaient de chaleur
alors que dans la rivière (te souviens-tu ?) plongeaient un
  couple
nu et la frivolité d’été

le train glisse vers les plages par des champs flamands
longe des vaches un cheval à genoux des crimes
oubliés des morts au jardin derrière la maison
aux greniers des valises avec chapeaux de paille
guêtres
rubans
sur la jetée la vieille à la canne
les perles dans ses oreilles
ont soif de retourner
  à
  l’e-
  au
vont des jambes desséchées peu sûres
dans le dos le tam-tam d’une horde vive

à l’horizon un paquebot

déjeuner de samedi serveuse rouquine
rentiers au port veste d’amiral
table mise assiettes et verres
le ventre entamé par un couteau à huîtres

nous rentrons coulant dans les coquilles
chairs floues de mollusques
glaire grisâtre

*

Sens

une cathédrale disproportionnée éloquemment
une place de petite ville
la parole épouse la pluie et la Suze
des bistros parisiens semble
là seulement prendre
du sens
par l’ultime fibre de racine
la gentiane des Alpes atteint jusqu’aux Carpates
et la vieille chienne bourguignonne se
serre contre moi cesse de trembler
avant de s’éloigner encore
  la plus subtile des Françaises

*

Zlíchov

un gel noir quelques molécules de vapeur
(serait-on en train de cuire des pommes de terre ?)
une campagne
l’étouffement d’une vallée compris
col boutonné étroit un cimetière
sur la pente l’expiration
d’une petite église une éclosion de lumière
dans la gorge derrière les vitraux colorés
il ne manque qu’un sol crevassé une première fane

*

reconnaissance

pour le fauteuil velu près de la cheminée
et pour le verre de xérès au bon moment
pour le plaid de la maîtresse de la maison
pour la nappe sans trace de mes taches
  (et pour sa descente sur la table en silence
  son rugueux tissu de lin cette plaine neigeuse)

reconnaissance pour la joue tendue au baiser
pour le sourire condescendant des rivales

une reconnaissance paralysante pour ta proximité la nuit

il pleut (reconnaissance pour l’abri en tôle ondulée) 
seule l’épaule d’un inconnu dans la bousculade
à l’arrêt chasse le doute sur l’attouchement possible

reconnaissance pour le poème orphelin titubant vers l’aube
  dans la chambre
pour ses pieds nus

le froid alentour sans rien demander
nous pénètre et enseigne l’éternité gracieusement
nous en offre la connaissance

Wanda Heinrichová,poèmes inédits en français, traduits par Petr Král

Contribution de Bruno Fern

Bio-bibliographie de Wanda Heinrichová

 

Index de PoezibaoUne de Poezibao
Sur simple demande à
f.trocme@poezibao.com :
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule″


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Robert Walser

    Les éditions Zoé viennent de faire paraître un recueil de poèmes de Robert Walser, dans une traduction de Marion Graf. Lire l’article qu’Alain Lance a consacré ... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Angela Ball

    Que mettre pour un divorce Des chauves-souris dans les cheveux, Mais seulement si elles arrivent à s’y accrocher la tête en bas Convenablement. Du mastic sur le... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Varlam Chalamov

    Dans une taille oubliée Je jette des débris de charbon. Ici c’est un esprit de mort, Ici on respire la mort, La terre elle-même suffoque. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alexander Dickow

    If you’ll just turned over the road and step aside past on the next corner, when you’ve be spied a gap in the rustles which rumple, tall and sway by the stingin... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente/Robert Creeley

    Encore en pyjama tard le matin le soleil dans le dos à nouveau par la fenêtre imaginant l’esprit tranquille, imaginant l’endroit où je suis, qui est moi,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Robert Desnos

    Littérature Je voudrais aujourd’hui écrire de beaux vers Ainsi que j’en lisais quand j’étais à l’école Ça me mettait parfois les rêves à l’envers Il est possibl... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Claudel

    Le point Je m’arrête : il y a un point à ma promenade comme à une phrase que l’on a finie. C’est le titre d’une tombe à mes pieds, à ce détour où le chemin... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines