Magazine High tech

Des Macs à la Maison-Blanche ?

Publié le 26 janvier 2009 par Mac Québec
Source : Wired blog gadget lab et Washington post
La technologie à la Maison-Blanche laisse à désirer.
C’est du moins ce que nous apprend la nouvelle administration du président des États-Unis, Barrack Obama.
Après avoir fait la campagne présidentielle la plus technologiquement efficace, l’équipe a fait son entrée, mardi dernier, les bureaux de l’aile ouest de la Maison-Blanche à Washington. Eux qui étaient habitués à travailler à la manière « 2009 » doivent maintenant faire un effort pour s’adapter.
« C’est comme passer d’un Xbox 360 à Atari » a commenté un des porte-parole de la Maison-Blanche pour faire comprendre ce à quoi l’équipe fait face.
Tout d’abord, les ordinateurs de la Maison-Blanche fonctionnent sur des versions de logiciels Microsoft vieilles de 6 ans. On explique cette absence de mises à jour par l’obligation de maintenir la sécurité et conserver les documents qui font partie du « Presidential records act ». Personne ne se soucie des virus ? Pourquoi ne pas plutôt transférer tous ces documents sur des Macs où les virus sont quasi inexistants ? Les documents du « Presidential records act » peuvent très certainement être mis en copie de sécurité et réintroduits sur des ordinateurs Apple. Une opération d’autant plus simple quand on sait que toute l’équipe du président Obama est composée d’utilisateurs de Mac.
Il n’y a pas de réseau sans fil (WIFI) à la Maison-Blanche. C’est un peu normal vu la facilité de percer un tel réseau. Par contre, si l’armée américaine en dispose d’un déjà très sécurisé, pourquoi la Maison-Blanche ne pourrait-elle pas en bénéficier également ? L’université de Boston a mis sur pied une technique pour protéger les réseaux Wifi par un système de LED qui fait en sorte que pour « hacker » un tel réseau le fautif devrait se trouver à l’intérieur de la Maison-Blanche.
La messagerie instantanée n’est pas permise à la Maison-Blanche. On ne voudrait pas qu’une simple conversation de tous les jours se retrouve sur internet pour alimenter le prochain scandale. Mais des logiciels comme Adium offrent la possibilité de crypter les conversations, les rendant illisibles si elles sont consultées sans autorisation. L’équipe a réussi à démontrer avec Twitter qu’elle est très capable d’utiliser de telles technologies sans créer de scandale.
Par contre, tout n’est pas négatif, le président Obama a bien réussi à conserver son Blackberry, bien qu’aucun président l’ayant précédé ne l’a fait. Il ne faut pas oublier que le président Clinton n’a rédigé que deux courriels durant tout son mandat. Le président Bush (fils) avait son iPod présidentiel.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mac Québec 2608 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine