Magazine

Le Portrait de Dorian Gray

Publié le 26 janvier 2009 par Lael69

Oscar Wilde
Editions Flammarion
Collection GF
Présentation par Pascal Aquien
Traduit de l'anglais par Richard Crevier
320 Pages
Unique roman d'Oscar Wilde, considéré désormais comme un chef-d'oeuvre de la littérature anglo-saxonne, Le Portrait de Dorian Gray est un classique qui reste étonamment contemporain. Entre fantastique et philosophie, l'auteur confond les registres, évoque les aspects ambigus de l'être humain afin de mieux faire ressortir la perfidie qui s'en échappe. Pourtant le début est un hymne à l'art, à la création, à la beauté. Au XIXe siècle, à Londres, le peintre Basil Hallward réalise un tableau d'une qualité exceptionnelle, un prodigieux portrait, celui d'un jeune homme naïf: Dorian Gray. Sa beauté éthérée transcende les espaces et se fige sur l'oeuvre de Basil. La peinture a trouvé là sa royauté alors que Basil a trouvé en Dorian Gray son âme, si l'on peut dire, sinon son salut d'artiste. Mais ce portrait est bien plus qu'une expression parfaite de l'humanité, qui fait jaillir la beauté de la jeunesse. Il représente aussi la pureté du coeur et la bonté de Dorian Gray. C'est la muse pour l'artiste. Dorian prend conscience d'une évidence terrible: il vieillira alors que son portrait restera éternellement beau et jeune. Il fait un voeu terrible, un voeu aux tons du pacte faustien: si seulement le portrait pouvait porter les marques du temps tandis que lui serait un être jeune. Si seulement il pouvait garder sa beauté immortelle. Ce voeu, il le fait secrètement, dans ses pensées les plus profondes. Dans cet atelier, la vie de Dorian Gray va changer et ce jeune homme fait la rencontre du dandy Lord Henry Wotton, un homme distingué, élégant dont les propos sont contradictoires mais remplis d'une vérité marginale. Henry Wotton et Dorian Gray vont devenir de très bons amis mais la philosophie de vie d'Henry déteint sur celle de Dorian. Occupés à profiter de la vie et de ses plaisirs: les deux dandys fréquentent les oeuvres de charité, courent aux dîners et aux invitations en tout genres. Henry Wotton est un homme hédoniste, à la recherche des plaisirs qu'apporte la vie: femmes, luxe, richesse; il préconise le goût pour les apparences. Par certains côtés, il tient des propos épicuriens qui invitent à la corruption des moeurs et aux plaisirs incontrôlés des sens. Mais tout ceci échappe à Basil qui est d'emblée exclut d'une amitié qui paraissait de prime abord improbable. Cependant Dorian Gray est séduit par la personnalité d'Henry tout comme ce dernier est fasciné par Dorian Gray. Outre cette relation qu'entretient les deux dandys, le roman prend une tournure frémissante tout du moins dangereuse. Le Portrait de Dorian Gray se métamorphose au fur et à mesure que la personnalité de son hôte devient obscure. Le temps passe et Dorian Gray a changé: il s'attache aux côtés matériels de la vie, se passionne pour la musique, les pierres précieuses, les parfums. Son admiration pour les choses raffinées tranche avec son égo et sa cruauté qui n'a de cesse de s'accroître. Il est devenu un homme de vices, infesté par une obsession hideuse: son portrait est le reflet de son âme alors que l'homme reste beau, intact. Son corps est intouchable mais son esprit est ravagé par les affres de l'orgueil et de la corruption. Son voeu a pris forme sous les traits implacables d'un tableau qui incarne le Mal. Dorian Gray ne supporte plus cette vision féroce et monstrueuse qui lui révèle sa vraie nature...
Malgré quelques passages compliqués, qui se perdent en longueur; le Portrait de Dorian Gray est un excellent roman de l'âme humaine, de sa transfiguration par une oeuvre picturale. Oscar Wilde pose un personnage trouble, brutal et furieux, un Dorian Gray qui m'a terrorisée parfois. Mon personnage préféré est Lord Henry Wotton, un dandy sympathique dont les propos m'ont beaucoup fait rire. C'est un homme paradoxal mais non dépourvu de sentiments, au contraire, sa quête des sensations s'inscrit dans une vaste réflexion sur la vie. Ce roman est une dérive cynique et philosophique dans les tréfonds de l'âme corrompue. Comment en est-on arrivé à une fin tragique et saisissante? Le Portrait de Dorian Gray est une descente progressive, lente et sulfureuse dans les enfers et le crime est une issue inévitable. J'ai beaucoup aimé ce roman qui ne peut être qualifié que de captivant, frissonnant et violent. Et comment résoudre cette obsession douloureuse pour cette peinture qui fait froid dans le dos? Le roman d'Oscar Wilde possède des échos qui sont à la fois intimes et philosophiques. C'est le roman de la décadence, d'une déchéance morale et psychique qui s'exprime par un effet double: le portrait qui traduit l'homme et l'homme qui hait cette image car elle est la transfiguration de son âme. D'ailleurs ce n'est pas pour rien qu'il le cache, il ne veut pas que le monde voit cette face sombre de lui-même. Pour le reste du monde c'est un homme beau, mais au fond de lui, il se ment, il sait que son véritable être se trouve dans le portrait. Je trouve que c'est assez symbolique que d'avoir choisi le visage, cette partie de l'homme qui est le plus visible et le plus expressif. Le Portrait de Dorian Gray me fait penser à cette expression "perdre la face" qui signifie pour les Asiatiques, perdre son honneur et sa dignité. Dorian Gray, quant à lui, y laissera sa vie pour se libérer des horreurs qu'il a commises: l'acte de destruction ultime, le seul recours pour se défaire d'une souffrance humiliante. Un texte fort, un classique qui reste inclassable tant ses propos sont universels.
Les avis de Nanne et Lilly.
Le Portrait de Dorian Gray 5/5 champignons

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lael69 8726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte