Magazine Autres livres

Introduction à la sociologie

Par Anonymeses

Introduction à la sociologieIntroduction à la sociologie, Michel de Coster, Bernadette Bawin-Legros, Marc Poncelet, De Boeck, 6ème édition, 2006 (2008), 267 pages

L'ouvrage Introduction à la sociologie de Michel de Coster, Bernadette Bawin-Legros, et Marc Poncelet destiné aux étudiants de premier cycle en sciences sociales ou aux étudiants d'autres filières et au grand public curieux de sciences sociales et humaines se présente comme un ouvrage d'introduction à la sociologie. C'est dire qu'il ne veut être ni un dictionnaire, ni une histoire des grands courants de pensée, ni un manuel, mais une introduction à une discipline. Faire découvrir une discipline, la spécifier par rapport aux autres sciences humaines, donner l'envie d'approfondir sa connaissance sociologique, tels doivent donc être les objectifs de cette introduction, qui en est aujourd'hui à sa sixième édition. En fermant l'ouvrage, l'étudiant ou assimilé devrait être capable de répondre à une question, qui n'est simple qu'en apparence, qu'est-ce que la sociologie ?

L'ouvrage comporte deux parties. La première, la plus convaincante des deux, s'attache à définir la perspective de la sociologie. Il s'agit d'expliquer ce qu'est la sociologie en précisant son objet à partir de la genèse de la discipline. Le retour aux sources permet d'asseoir les fondements de la discipline et d'en préciser les ambitions. Revenant sur les débats fondateurs de la discipline, les auteurs déterminent la spécificité des phénomènes sociaux, s'interrogent sur le statut scientifique de la sociologie. L'originalité de la sociologie est bien présentée et problématisée : les auteurs ont pris le parti de la différencier point par point de la psychologie, de la psychologie sociale, de l'anthropologie, de l'histoire, de l'économie, de la géographie. La démonstration toute entière séduit. Il est en effet important selon nous de trouver cette argumentation dans un ouvrage de découverte de la sociologie. L'ouvrage n'échappe pas à la présentation, toujours schématique mais néanmoins nécessaire, des différents paradigmes organisant la discipline sociologique.

La seconde partie est resserrée autour de trois concepts, à travers lesquels l'ensemble de la discipline est présentée : la communication, le pouvoir et le rôle. Ces trois concepts étant présentés à trois niveaux différents : niveau interpersonnel ou micro-sociologique, niveau des groupes sociaux, niveau de la société toute entière. Même si les auteurs précisent qu'il « ne faut pas attacher un sens trop absolu au découpage proposé dans cette deuxième partie » (p 9) en raison de l'interpénétration des différents plans, reste à savoir si l'étudiant sera au fait de cette précaution de lecture. Les trois concepts choisis pour rentrer dans la matière sociologique peuvent laisser dubitatifs. La communication se taille la part du lion dans l'ouvrage, une trentaine de pages y étant consacrées contre seulement deux à la famille, une quinzaine aux classes sociales. Pour qui voudrait avoir une connaissance thématique des sous-espaces de la discipline, l'approche est dans cet ouvrage un peu difficile, sachant que les thèmes ne sont évoqués qu'à un seul niveau d'analyse. La famille sert uniquement d'exemple pour l'analyse de la répartition des rôles, alors qu'elle aurait pu être mobilisée pour une analyse des rapports de force au sein de la famille[1] ou à la rigueur comme exemple pour la communication[2].

Chaque chapitre est accompagné d'une courte bibliographie complémentaire. Un index des auteurs oriente la recherche dans l'ouvrage, un index thématique aurait été bienvenu. Dans l'ensemble le propos rapide et synthétique permet une approche fidèle des auteurs, brève mais adaptée au format de l'ouvrage et à ses ambitions pédagogiques. Le contrat de lecture est rempli, ce livre fournit une introduction honnête à la sociologie.

Frédérique


[1] De Singly, François, « La lutte conjugale pour le pouvoir domestique », Revue française de sociologie, 1976, n° 1, pp. 81-100.

[2] Céroux, Benoît, « L'enfant comme autrui significatif de ses parents. Excursus sur une théorie de la socialisation », Dialogue, 2006


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anonymeses 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog