Magazine Culture

Le cercle des lecteurs...

Par Jbplantin

Everything's got a moral, if only you can find it.Image by .Naina via Flickr

Cette note de l'ami Guewen me rappelle que les réseaux sont constitués de différents cercles, plus ou moins proches...


Aventure personnelle datant d'il y a environ 3 ans. A la suite d'échanges divers avec des professionnels de l'associatif et l'humanitaire, j'avais écrit une note très générique sur le secteur pour expliquer que nous étions arrivés à une époque où il y avait autre chose à faire, sur le plan marketing, pour ce genre de structures que d'essayer d'appliquer les recettes de la Distribution (Evènements exceptionnels / appel aux dons)... Il se trouve que ma note a fait le tour d'une des agences avec qui j'avais eu des discussions et que la directrice du pôle a réussi à lire son nom dans ma note et a immédiatement pensé que je m'adressais à elle. Si j'avais voulu agir de la sorte, je l'aurais appelé ou envoyé un email. En fait, le sujet et la critique de la manière de procéder l'avait tellement touchée qu'elle s'était personnellement sentie visée, au point de  lire ce qui n'était pas écrit.

Cela m'avait fait comprendre qu'il y a plusieurs cercles de lecteurs dans ce que nous écrivons sur Internet. En gros les proches, les relations, les inconnus. Chacun possède évidemment sa propre grille de lecture qui est fonction du degré de proximité relationnelle avec le rédacteur...

Même s'il est devenu courant de dire qu'il faut être le plus naturel possible lorsqu'on participe à cette grande discussion sur le Web, il faut quand même garder à l'esprit ces différents cercles de lecteurs et parfois se demander comment l'un deux pourrait mal interpréter telle formule.

S'il est vrai, comme l'a fait Le Tigre, que l'on peut reconstituer une bonne partie de la vie et de la personnalité d'une personne que l'on ne connaît pas, il ne faut toutefois pas tomber dans la paranoïa. L'investigation est coûteuse (en temps) et si elle doit être poussée ne peut être que limitée. On est encore loin des capacités pour des groupes (sociétés, partis, pouvoirs publics) de pouvoir reconstituer ces vies en masse.

Alors on peut ne rien donner, au risque de s'exclure. On peut donner que ce que l'on souhaite, quitte à finir schizophrène. On peut tout donner, quitte à ce que cela soit mal interprété. On peut aussi en rajouter et plus nous serons nombreux à engorger le système, plus cela sera compliqué pour les analystes de faire du ciblage correct (stratégie du banc de poissons).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jbplantin 70 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines