Magazine Cinéma

Picnic - Réalisé par Adrian Sitaru

Par Kilucru
Picnic - Réalisé par Adrian Sitaru
Picnic
Réalisé par Adrian Sitaru
Avec Adrian Titieni , Ioana Flora, Maria Dinulescu, Alexandru Georgescu , Sorin Vasilescu , Nicodim Ungureanu
Titre original : PESCUIT SPORTIV (Roumanie)
Synopsis

Dans l'esprit de Mihai(Adrian Titieni) et Lubi(Ioana Flora), ce pique-nique dominical en pleine campagne était le moyen idéal pour passer un bon moment, mais aussi pour discuter de l'avenir de leur couple, et peut-être enfin trouver un nouveau degré d'intimité et de complicité. C'était sans compter sur une série d'événements inattendus qui vont entraîner cette balade, a priori idyllique, dans une très étrange dimension...
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La caméra à l’épaule dés le début donnerait presque le tournis, pourtant c’est que nous suivons, nous, spectateurs, voyeurs par l’œil guetteur de l’objectif. Nous pénétrons ainsi à l’intérieur de l’habitacle du véhicule. Destination la campagne nous quittons une banlieue pauvre et relativement sinistre. A bord les échanges entre Mihai et Lubi sont assez tendus, chacun semble tout en s’en défendant un peu à cran. Mihai attend que Lubi annonce à son compagnon qu’elle le quitte, cette dernière fait durer et les rapports entre nos deux amants en pâtissent.
Ainsi règne dans l’espace confiné de la voiture une tension assez palpable et peu propice à la concentration. .c’est ainsi que...un choc, un écart et là sur la route une jeune femme Ana(Maria Dinulescu ), une prostitué juste renversée par Lubi. Panique, crise de nerf, hôpital ou pas, et alors que notre faux couple se décide à l’abandon, la jeune femme inconsciente revient à elle, saine et sauve. Dans l’euphorie et la délivrance ces derniers la convient à partager leur « picnic ».
Picnic - Réalisé par Adrian Sitaru
Les bords du lac, les bois sur l’autre rive offrent un cadre champêtre simplissime mais magnifique, la caméra toujours portée se permet de prendre des angles audacieux, pointant au loin dans un flou léger pour se rapprocher sur un gros plan cernant un ou deux visages. En plongé, à ras du sol, suivant un axe et une approche originale, maintes variations sans excès cependant. Scrutant tour à tour Mihai et Lubi ,Ana est le centre de tout, invitée imprévue de ses hôtes soulagés de ne pas l’avoir accidentellement tuée !
Individualité extravertie et libérée, Ana tel un ange tombé là par hasard va révéler par ces multiples conversations avec l’un tantôt, l’autre plus rétive les coins obscurs, mensonges, désirs cachés, de nos deux amants, agissant tel un catalyseur. Semant presque une légère zizanie, un doute, de celui qui fait naitre l’interrogation.
Provocante telle une digne fille d’Eve, est-elle tombée là par hasard ? Elle va dérégler, bouleverser, perturber ce moment qui devait être propice aux retrouvailles. Mais n’est ce pas à elle que Mihai tout comme Lubi, doivent un bref aperçu que ce que peut-être le désir retrouvé ! Ana le dit elle-même plus que les Cinq sous que lui rapportent son honorable métier, c’est l’idée de donner, avec générosité du plaisir à qui en a besoin, une certaine idée du bonheur !
Ce désir qui coulera à nouveau dans les veines de Mihai et Lubi osant enfin affronter leur avenir..Commun !
Quand à « qui est réellement Ana », le réalisateur laisse une porte entrouverte, pour nous laisser encore vadrouiller avec un peu de bonheur et beaucoup d’imagination….caméra à l’épaule..Lol !
Voila un premier film épatant, j’ai hésité, craignant le film d’auteur trop hermétique pour le béotien que je suis. J’ai succombé, j’en suis enchanté !
"Veni, Vidi, Con-Vici"( je suis venu, j'ai vu, je suis con-vaincu !)
Je ne peux que vous le conseiller de tout mon cœur ! Allez y Franc -Go !
CritiKat.Com "..Partant d’un scénario simple, le cinéaste sait rendre ses personnages opaques, révéler la complexité de leurs comportements en prenant soin de ne porter sur eux aucun jugement. Les comédiens jouent juste, les dialogues sont très travaillés, nous avons autant de plaisir à multiplier les interprétations à donner aux personnages qu’à contempler la lumière qui éclaire le théâtre de leur étrange carrousel, le lac qu’on ne quitte pas..."
le Monde.Fr "..Un drôle de "Picnic", comédie placée sous le signe de la culpabilité.."

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kilucru 154 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines