Magazine Culture

Le catch revient en force, sport de gladiateur

Par Goliath @Cayla_Jerome

Le catch redevient à la mode à la télé, au cinéma et dans les cours de récréation. Les gamins adorent et c’est en famille que l’on assiste à ce sport spectacle.

Un phénomène bien connu d'assimilation à un groupe, de mimétisme des gens les pousse parfois à de réelles dérives. A la base, nous avons un sport, relativement violent mais très hollywoodien dans sa mise en scène, un peu dépassé  et sur le déclin. Ensuite, un Ex quelque chose qui sort juste d'une énième cure de je-ne-sais-pas-bien-quoi, qui décroche le rôle au rattrapage, et nous sommes en présence d'un best-seller.

Wahoo ! J'ai même ouï dire que le monsieur, ex "has been", était devenu "Oscarisable", alors tout va pour le mieux pour lui.

Le seul problème est la réaction du public, toujours imprévisible, étonnante autant que désarmante. Si quelque chose, quoi que ce soit, réussit à se faire une place au soleil, tous en veulent un rayon. Chacun se pique de mimer les héros pour s'approprier une partie de leur gloire, de leur aura. Autrefois, à la sortie des films de cowboys, les spectateurs de sexe masculin ressortaient en marchant en écartant les jambes et les bras, prêts à dégainer sur un ennemi de longue date, sur leur imaginaire …

Du coup, les clubs agonisants de Catcheurs ressuscitent de leurs cendres tels des Phénix, sont pris d'assaut par des hordes de gamins trop jeunes pour catcher, mais déjà qui se placent sur les listes d'attente… Le sport, de toute façon, c'est bon pour le corps et le moral, l'esprit d'équipe et pour forger la volonté, et pendant ce temps là, les mômes ne traînent pas dans les rues jusqu'à point d'heure.

Le seul bémol à ce tableau idyllique reste la violence de ce divertissement, dont certaines clefs peuvent être mortelles. L'on peut déjà être assuré que certains, en quête d'un quelconque prestige, ne songent à devenir très bons dans ces pratiques d'un autre âge, au point de vaincre sur ring, au risque aussi de devenir des terreurs dans la rue.

La violence est en l'homme, seul prédateur de sa propre espèce, artisan de son propre malheur. Les jeux du cirque ne sont pas si loin de nous, le lancé de nain fut encore il y a peu, le jeu du foulard existe encore dans les cours de récréation, et l'on se passionne pour le catch an famille ! Remarquez, peut être qu'ainsi l'on formera une nouvelle génération de gladiateurs, au cas ou…

Muscles, costumes de guignol Lumière ? star fou-furieux, huile et douleur, que voici un programme enrichissant pour l'élévation du niveau de…, de… ! (j'en reste sans voix, consterné)

Il est dommage de constater que le besoin d'éclat et l'envie priment encore au XXI ème siècle sur la raison et le bon sens.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Goliath 4344 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines