Magazine Culture

Hélène Cixous: Tout était si infini...

Publié le 17 février 2009 par Bonamangangu

6a00d8345167db69e200e54f480c288834-500wi.jpg" Délicatesse à deux c'est : être d'accord pour ne jamais parler d'une chose secrète que nous partageons
— parce qu'elle est si fragile. Mais être d'accord sans un mot ; l'accord aussi est silencieux.
Parce que l'entente sublime c'est de s'accorder le plein silence : le don du sans-mot.
Délicatesse du silence plein de ce que l'on pourrait dire. Parce que le bonheur ce n'est pas de dire : c'est de pouvoir dire...
Penser : chacune nous pensons : mais un jour à la fin nous nous dirons tous les signes que nous nous sommes adressés sans dire mot ? Le dernier jour ? Nous nous dirons tout : d'un seul sourire. Ne dirons rien tant qu'un seul sourire ne suffira pas ?
En pensée nous nous disons tout cela, tout ce que nous ne disons pas, et aussi le silence, silencieusement nous en parlons...
Je déclare : presque tous les livres que j'ai lus ou écrits sont livres de commencements et cheminements. Avec phrases errantes, livres d'erreurs non coupables d'erreurs.

   A travers tous les livres jusqu'au vrai ? Peut-être ? Je veux la simplicité au-delà des erreurs. C'est peut-être l'erreur suprême. A la fin je le saurai ? Peut-être. "

Hélène Cixous.

Limonade, tout était si infini

 . Editions des Femmes. 

305 p. 1979

" L'écriture est Dieu. Mais ce n'est pas le tien."


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bonamangangu 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine