Magazine Conso

"Parce qu'il m'aime bien"

Publié le 17 février 2009 par Jb
laborde.jpg Je ne sais pas si cela a été repris par certains médias, j'avoue que ce n'est pas non plus quelque chose qui me surprend outre mesure, mais bon j'ai trouvé ça suffisamment énorme pour être souligné.
C'était samedi midi (le 6 février je crois) dans l'émission de Canal+ qui s'appelle "+ Clair". Cette émission parle des médias, fait des reportages et reçoit des invités. Rien de transcendant on l'aura compris.
Charlotte le Gris de la Salle accueillait sur son plateau, à un moment donné, Françoise Laborde. La journaliste bien connue devait sa présence au fait qu’elle vient d’être nommée au CSA par Nicolas Sarkozy.
Soit dit en passant : l’autre nomination qui suscite déjà la polémique est celle de Christine Kelly, une journaliste (certes "issue de la diversité" comme on dit) dont l’un des titres de gloire est d’avoir récemment commis une biographie de François Fillon. Bref.
A la question qui lui était posée sur : "Pourquoi Nicolas Sarkozy vous a-t-il choisie, vous ?", Françoise Laborde a répondu (après avoir cherché quelques instants), ce qui apparemment n’était absolument pas ironique : "Parce qu’il m’aime bien".
De quatre choses l’une :
1/ soit Françoise Laborde a une haute opinion d’elle-même, j’entends par là qu’elle n’a même pas jugé utile de préciser d’abord : "Parce que je suis une bonne professionnelle, parce que j’ai une vision intéressante de ce que doit être le CSA, parce que ci, parce que ça", cela allait évidemment de soi ;
2/ soit Françoise Laborde est modeste et réaliste, elle ne s’estime ni meilleure, ni pire que ses congénères journalistes et, comme ils sont tous hyper talentueux et donc impossibles à départager sur ce terrain-là, ne reste plus qu’à les distinguer sur autre chose, c’est alors que la part d’éventuelle subjectivité liée à une sympathie plus ou moins grande entre en ligne de compte ;
3/ soit Françoise Laborde voulait dire par "il m’aime bien" la chose suivante : "il m’aime bien en tant que journaliste, en tant que professionnelle", un peu comme on dit "j’aime bien ce film", "j’aime bien les haricots verts", ce qui de facto ne place pas ce jugement sur le terrain affectif (sauf exception, on n’a pas plus de connivence avec un haricot vert qu’avec une tomate) ;
4/ soit Françoise Laborde est d’une sincérité et d’une probité confondantes et balance tout haut ce que tout le monde sait mais n’ose dire que tout bas, à savoir que oui, le fait du prince ça existe et qu’on va placer à des postes de responsabilité des gens qu’on connaît, qu’on apprécie, après tout les réseaux et les accointances ça existe dans tous les milieux, pourquoi faudrait-il que les plus hautes instances de la République fassent exception à la règle ?
Je laisse le lecteur trancher ce passionnant débat…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jb 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines