Magazine Culture

CHARLOTTE KAUNITZ, une courtisane de la rue des Martyrs

Par Bernard Vassor

Par Bernard Vassor

medium_Charlotte_Baudry.jpg On la connaissait aussi sous le nom de Gabrielle Kléber Gabrielle de Kaunitz, ou Baudry ! Prostituée clandestine, elle faisait des passes dans la maisons de rendez-vous de la femme Virginie.  "Cette femme serait atteinte de maladie vénérienne, elle fréquente les cafés et restaurants des grands boulevards. Elle est entretenue par un riche propriétaire qui vient la voir trois fois par semaine, ce qui ne l'empêche pas d'avoir une clientèle fortunée."   En 1871, elle vivait maritalement avec un nommé Baudry, 20 rue de Maubeuge. Son amant prétend être avocat et se moque de ce qu'elle fait pourvu que l'argent rentre...Elle quitta Baudry en 1872 pour aller habiter au 2 rue Laffitte (l'immeuble en face de la Maison d'Or). Enfin elle déménagea pour aller vivre au 20 rue des Martyrs. A cette adresse habitait une dame Lango Aimée, qui tenait le garni du 14 rue Clauzel où sévissent des "insoumises" à leurs fenêtres du deuxième et troisième étage. Chez elle, rue des Martyrs, trois filles publiques sont en activité. La nommée Poignon Augustine fille soumise, est signalée comme étant atteinte du mal vénérien; en retard de plusieurs quinzaines à ses visites sanitaires, est recherchée en ce moment, et les "locataires" de la dame Lango seront surveillées et arrêtées s'il y a lieu dans les conditions réglementaires. (rapport de police d'octobre 1876, archives de la préfecture de police) C'est dans cette maison que le peintre sans bras François Richard de Montholon avait son atelier.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines