Magazine Culture

Anthologie permanente : Milutin Petrović

Par Florence Trocmé

La tête sur le billot

Lorsque je contemple
la tête sur le billot
Je pense à
un concombre pourri
L’homme d’abord
devient sourd Ensuite
tout simplement
s’en va dans la mort
Il n’entend pas
ce que dit l’entourage Louanges
Envies
Etcaetera
Et cela est d’importance
La tête sur le billot
Se tait

Timide Et ébouriffée
(traduction : Harita et Francis Wybrands)

 

 

glava na panju

Kad gledam
glavu na panju
Mislim na
truli krastavac
Čovek najpre
ogluvi Posle
jednostavnije
odlazi u smrt
Ne čuje okolinu
Šta govori Hvali
Zavidi
Itakodalje
A to je vrlo važno
Glava na panju
nema je

Stidljiva I čupava

le cygne regarde, ne branle pas la tête

J’observais le cygne
alors que le jour pointait Au loin
Il blanchoyait Il a fait
son temps
Mais j’ai un remède moi
Je le clouerai sur des planches
Casserai ses ailes Il noircissait
Il sait Je ne peux
lui faire cela
Il se trompe fortement Lorsque
de son bec de canard
il manifeste son accord
Je te trompais Cygne
Cygne Cygne
Quand je parlais des planches
J’ai autre chose moi
pour les derniers jours de tels
échassiers
Un nuage demeure
sur ta tête   Immobile
(traduction: Harita et Francis Wybrands)

 

 

labud gleda, glavu ne pomera

Posmatrao sam labuda
dok je svitalo U daljini
Beleo se Prošlo je
njegovo
Ali ja imam lek
Prikucaću ga na daske
Krila polomiti Crneo se
On zna Ne mogu to
da mu učinim
On grdno se vara Kad
pačjim kljunom
pokazuje svoju saglasnost
Lagao sam te Labude
Labude Labude
Kad sam pominjao daske
Imam ja nešto drugo
za poslednje dane takvih
ptičurina
Oblak ti nad glavom
stoji  Ne pomerajućom

quand j’allais à l’institut vendre mon corps

J’ai pensé  Il est nécessaire
Ainsi j’ai entrepris le pas
décisif Me mis à table
Et commencé à faire l’esquisse
de mon corps Dessiné les détails
En libérant les pensées
Penché sur la table A la lumière
de la lampe de nuit Je dressais les comptes
en cachette Pour que l’autre
ne l’entende  Certains amis
Qui m’avaient rendu visite
pendant la nuit  Me conseillaient
de renoncer Je renonçais
en leur présence Mais
après je continuais
mon affaire Je n’inventais
rien J’attendais que
la matin arrive   Je me laverai
Masserai mon corps devant
un grand miroir
En regardant amoureusement
le torse
(traduction : Dragica Mugoša )

 

 

kad sam pošao u institut da prodam telo

Mislio sam  Neophodno je
Tako sam preduzeo odlučujući
korak Seo za sto
I počeo da pravim skicu
svog tela Crtao sam detalje
Oslobađajući misli
Nagnut nad stolom Pri svetlosti
noćne lampe Svodio sam račune
krišom Da onaj drugi
ne čuje   Neki prijatelji
Koji su me posetili
u toku noći    Nagovarali su me
da odustanem Odustajao sam
u njihovom prisustvu Ali
sam kasnije nastavljao
s radom Nisam
ništa izmišljao Čekao sam da
dođe jutro    Okupaću se
Izmasirati telo pred
jednim velikim ogledalom
Ljubavnički gledajući
torzo

La tête sur le billot,  Paris, Centre culturel de la R.S.F. [République socialiste fédérative] de Yougoslavie, 1982

Contribution de Bojan Savic Ostojic

Bio-bibliographie de Milutin Petrović


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Alexander Dickow

    If you’ll just turned over the road and step aside past on the next corner, when you’ve be spied a gap in the rustles which rumple, tall and sway by the stingin... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Vladimir Maïakovski

    Je pars Un billet – la soie. La joue – le gros baiser Coup de sifflet et nous nous précipitons là où comme des harengs, nagent dans leur bas, les grandes... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Robert Desnos

    Littérature Je voudrais aujourd’hui écrire de beaux vers Ainsi que j’en lisais quand j’étais à l’école Ça me mettait parfois les rêves à l’envers Il est possibl... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Claudel

    Le point Je m’arrête : il y a un point à ma promenade comme à une phrase que l’on a finie. C’est le titre d’une tombe à mes pieds, à ce détour où le chemin... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Francis Ponge

    En écho thématique à « La Pluie », texte tiré de Connaissance de l’Est de Claudel et publié hier dans cette "anthologie permanente" de Poezibao. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pavie Zygas

    En mémoire de Tao Yuan Ming Les siècles passent une foison de mots passe barque légère pareille à la source aux fleurs de pêchers dans quel hier a-t-elle fui,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Israël Eliraz

    21 comme un bol hors de sa place tout d'un coup nous semble une chose urgente ouverte et prête à bondir : eh bien, quoi? A part des poèmes il ne se passe pas... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines