Magazine Culture

Le spectacle "Ode Maritime" (Pessoa), un compte rendu de Claude Ber

Par Florence Trocmé

 

 

Et vous, choses navales, mes vieux jouets de songe !
Composez hors de moi ma vie intérieure

 

Poezibao l’a signalé dans son dernier « agenda », Frédérique Wolf-Michaux reprend pour un soir, à Cergy Pontoise, son spectacle autour de l’Ode Maritime de Fernando Pessoa. Claude Ber a vu ce spectacle et en rend ici compte.

L’Ode maritime est de ces très grands textes, qui plongent au plus profond de la complexité humaine, mêlant conscience la plus aigue et reflux de l’inconscient dans sa brutalité. Un texte qui bruit du murmure au tumulte et fait résonner, mêlé à la rumeur du port et de la mer, l’entier de nous-mêmes emporté dans les désirs, les rêves, les pensées, les tensions intimes dans la violence de notre univers intérieur traversé d’élans, d’images, de retombées et de fulgurances.  Il faut un très grand talent pour mettre cette parole en corps et en scène sans la minimiser ni risquer la redondance. C’est un pari, que la comédienne et metteur en scène Frédérique Wolf-Michaux a réussi au-delà de ce qu’on pouvait espérer. La qualité de son jeu comme celle de sa voix de contralto capable de passer avec autant d’aisance que de maîtrise du parlé au chanté, du murmure au cri, de l’intériorité à la puissance du chant, lui permet de donner à entendre le texte dans toute sa force et sa finesse, à entendre et à voir sa richesse dans une égale richesse d’interprétation et avec la présence physique qui est la sienne. La grande réussite de ce remarquable travail de comédienne – un travail rare comme chaque fois que l’acteur sait porter, incarner le texte sans jamais être ni en avant ni en deçà de lui- c’est le sentiment qu’a le spectateur de recevoir les mots pour la première fois, comme s’ils s’inventaient devant nous. Ils naissent là, sur scène, de cette fine silhouette à la fois androgyne et sensuelle, épurée et charnelle qui emplit tout le plateau, accompagnée par les guitares et l’image. Et plus qu’un accompagnement, la partition musicale créée par Alexandre Meyer et Frédéric Minière comme l’image, sont de véritables partenaires du jeu. L’imaginaire sonore des deux musiciens, qui font naître de leurs instruments des sonorités inattendues, colle au jeu sans jamais le redoubler ni l’agrémenter. Ce sont deux univers tressés, indissociables, résultat d’improvisations en commun des trois interprètes, le musicien et la comédienne-chanteuse. Des sons, des voix se répondent comme ils le font dans le texte et dialoguent avec lui sans l’illustrer. C’est ce qu’est parvenu à faire aussi Giney Ayme, dont on connaît l’exigence de plasticien. Au sol comme à la création chez Mathilde Monnier à Montpellier ou projetée sur un écran de 8 mètres de long lors des reprises au théâtre du Chaudron et au Théâtre 95, dans les deux cas, la vidéo prend la comédienne dans ces images d’une plasticité rigoureuse sans concession ni anecdote. Pari réussi pour ces quatre artistes, dont la rencontre crée un objet artistique à part entière, à la fois théâtral, sonore et plastique de cette originalité et de cette évidence qui signent les réussites. C’est là un grand moment de théâtre à la fois exigeant et immédiat, dense et dépouillé, subtil et puissant. Depuis Checkpoint Charlie en passant par Le Mer intérieure, Frédérique Wolf Michaux y affirme toujours aussi clairement sa singularité dans le paysage théâtral contemporain, où elle élabore dans un face à face exigeant avec les textes, dont elle renouvelle l’approche, une écriture théâtrale particulière, à la fois en prise avec les interrogations actuelles du théâtre et profondément originale.

Contribution de Claude Ber

Ode Maritime de Fernando Pessoa
Mise en scène et interprétation Frédérique Wolf-Michaux
avec Alexandre Meyer et Frédéric Minière, guitare et guitare basse, Giney Ayme vidéo
le 10 mars 2009 a 21h  au théâtre 95 a Cergy Pontoise
Réservations : 01 30 38 11 99 ou reservation@theatre95.fr


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Claude Dourguin

    Terre voisine, l’île des chants épiques, justement, un autre bel été où le temps a suspendu toute séparation entre les moments, long bloc immobile comme un... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Fernando Pessoa (un poème, deux traductions)

    Ah, tout quai est une saudade en pierre ! Et quand le navire se détache du quai Et que l’on remarque d’un coup que s’est ouvert un espace Entre le quai et le... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Claude VIGEE

    Claude VIGEE

    Nous n’avions presque rien à faire en cette vie,Si ce n’est de laisser s’assombrir le matin :La nuit tombe, mais l’enfant veille,Le coeur dans la forêt. Lire la suite

    Par  Antwan
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Jean-Claude Pinson

    est né en 1947 dans la banlieue de Nantes, dans une famille de cheminots. Vagues études de Lettres à la Sorbonne. Premiers essais poétiques, dans la mouvance... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Claude Ber/Fa che Euridice tornilla goder

    Claude Ber, La mort n’est jamais comme, Editions de l’Amandier, 2006 (2e éd.). FA CHE EURIDICE TORNILLA GODER Semblable aux mantras hindous, mystérieuse et... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    CULTURE, LIVRES
  • Claude Ber/Sinon la transparence

    « Poésie d'un jour (Pour faire défiler les poésies jour après jour, cliquer sur les flèches de navigation) Ph., G.AdC Recensement 4 (État des mers) La mer parle... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    CULTURE, LIVRES
  • Hommage à Claude Moliterni

    Une grande figure de la bande dessinée disparaît. Nous venons d’apprendre le décès la nuit dernière du parisien Claude Moliterni. Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines