Magazine Culture

Double Agent (Comrade/Ijung gancheob) : Infiltré(s)

Publié le 17 février 2009 par Diana
Kim Hyun-jung s’attaque au film d’espionnage avec Double Agent (2003). Il place l’action dans les années 80, pendant la guerre froide et le conflit qui oppose donc les deux Corée. On y suit Lim Byeong-ho, agent secret du contre-espionnage Nord Coréen qui parvient à se réfugier en Corée du Sud. Là, il devient un agent double. Loyal, il gagne un poste au sein de l’agence nationale de la sécurité Sud Coréenne ce qui lui permet de donner des informations secrètes aux services de renseignements Nord Coréens, jusqu’au jour où l’un des agents secrets nord coréen les plus recherché, du nom de code « Rivière Bleue » se fait arrêter…
Kim Hyun-jung en inscrivant son film à un instant T de l’Histoire et en particulier celle de la guerre froide entre les deux Corée fait le choix de réaliser une oeuvre réaliste. Il prend le parti pris d’une action posée en deçà du film d’espionnage à l’action survitaminée. Il fait l’impasse sur les artifices et autres fioritures en préférant développer une histoire sur le travail de sape des services secrets gangrenés d’agents infiltrés. Un monde de faux-semblants où l’on s’informe par la radio et ses messages codés, les arrestations arbitraires ainsi que les interrogatoires à la limite de la torture qui en découle. Espionner c’est observer en plus d’infiltrer.
Double Agent c’est cela, un film qui ne prend le parti d’aucun camp. Il n’y a ni les bons d’un côté, ni les méchants de l’autre. Tous sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins dans un univers de suspicion permanente où le mensonge est de rigueur pour survivre.
On regrettera tout de même son intrigue un peu trop simpliste pour un film d’espionnage et son manque d’imagination qui fera de Double Agent un film d’espionnage parmi tant d’autre et qui, ne parviendra pas à détoner. Pourtant, il en sort quelque chose de plaisant, le contexte historique, le suspense et l’interprétation de Han Seok-kyu, formidable en agent double traqué faisant l’acteur pour passer inaperçu. Espionner c’est aussi faire l’acteur.
I.D.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Diana 569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine