Magazine Culture

Anthologie permanente : Yves Bonnefoy

Par Florence Trocmé

Que je te sache

   – Je sais bien le nom que tu as, lui disait-elle.
   – Mais non, je n’ai pas de nom.
   – Je sais bien d’où tu viens, lui disait-elle.
   – Mais non, où aurais-je été, je ne viens pas.

   Et il ajoutait, là sur le seuil, appuyé aux pierres qu’avait chauffées le soleil, à contre-jour cependant, la tête et les épaules ourlées de l’ocre rouge du soir, qu’il n’avait pas de visage, pas d’yeux, pas de raison dans les mots, qu’il n’était pas.

   Elle, pourtant, souriait, assurée mystérieusement, enveloppée pour l’éternité de la robe légère du bonheur, que faisait bouger un peu quelque chose comme une brise.

Yves Bonnefoy, La Vie errante, Mercure de France, 1993, p. 37.

Contribution de Tristan Hordé

Yves Bonnefoy dans Poezibao :
Note bio-bibliographique,
extrait 1, extrait 2, extrait 3, extrait 4 (les Planches courbes), extrait 5 (Les planches courbes),
Les planches courbes,
hommage à Claude Esteban,
notes sur la poésie 1,

le petit feuilleton pédagogique à l'usage des lycéens de Terres de Femmes

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines