Magazine Culture

Pushing Daisies : un conte délicieusement mortel

Publié le 02 mars 2009 par Cineblogywood @Cineblogywood
En DVD : A la télévision américaine, la mort n'est pas tabou. Dans des genres très différents, Six Feet Under et Dead Like Me ont prouvé qu'on pouvait évoquer avec émotion et humour la grande faucheuse.
Histoire d'enfoncer le clou (du cercueil), voici qu'un nouveau show s'intéresse au trépas - et donc à la vie : Pushing Daisies.
Editée par Warner Home Video, la première saison de cette série est disponible. Et pas que dans les morgues.
Le pitch d'abord : lorsqu'il était enfant, Ned découvre qu'il est doté d'un incroyable don, celui de ressusciter les morts. Enfin, pour être précis, quand il touche un mort, celui-ci reprend vie mais s'il le touche une seconde fois, il meurt pour de bon. Et s'il le laisse vivre plus d'une minute, c'est une autre personne dans les environs qui meurt à sa place. Bref, le don est une malédiction.
Adulte, Ned (Lee Pace) est devenu pâtissier. Associé au détective privé Emerson Cod (Chi McBride), il réveille les victimes de meurtre juste le temps de savoir qui est leur assassin. Une minute de travail pour solutionner une affaire et empocher une récompense. Jusqu'à ce qu'il ressuscite l'amour de son enfance, Chuck (Anna Friel). Mais comment vivre avec celle que l'on aime sans pouvoir la toucher sous peine de l'envoyer au cimetière ?
Burton et Amélie
Voilà pour l'histoire, plutôt originale. Le traitement l'est tout autant : des couleurs très vives, de nombreux mouvements de caméras, des plans et des enchaînements aussi décalés qu'inventifs... Pushing Daisies est un conte romantique (narré par une voix off) qui s'appuie, à chaque épisode, sur une enquête criminelle. Le tout avec beaucoup d'humour.
On pense à Tim Burton et à Dead Like Me, donc. Normal, Bryan Fuller, le créateur de cette série, est aussi à l'origine de Pushing Daisies. L'une de ses références a été Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain. A noter aussi que Barry Sonnenfeld (Men in Black) est en le coproducteur et qu'il a réalisé le premier épisode. Autant dire que c'est lui qui a donné le ton au show.
Trio de tête
Le trio de comédiens fonctionne à merveille : Lee Pace (The Fall) campe un adulte qui est resté un gamin à bien des égards ; Anna Friel (Land of the Lost), dont on vous a montré les fesses, est délicieusement espiègle et craquante. Leur amour impossible, sans contact direct, donne lieu à des trésors d'inventivité pour se toucher ou s'embrasser (vive le cellophane de cuisine !). Quant à Chi McBride (vu dans Dr House et I Robot), il est parfait en détective bougon et tricoteur.
Bref, j'ai apprécié de découvrir cette série colorée et décalée. Série qui malheureusement n'est pas allée plus loin que deux saisons, malgré une première saison encensée (par les critiques), appréciée (par plus de 9 millions de téléspectateurs) et récompensée (notamment par trois Emmy Awards). Bryan Fuller songe désormais à la décliner en BD ou en film.
Pour vous faire votre propre idée, regardez un extrait et le trailer ci-dessous ainsi qu'une vidéo du bonus ici. Enjoy !
Pour info, "he is pushing the daisies" signifie "il fait pousser les marguerites", soit, en moins imagé, "il est mort"...
Anderton
Pushing Daisies - Saison 1 - Extrait 1 sélectionné dans Séries et Séries US

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cineblogywood 2265 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines