Magazine Culture

La loi sur les jouets contenant du plomb a un coût démesuré

Publié le 02 mars 2009 par Actualitté
Les bibliothèques américaines ont définitivement des soucis à se faire, mais ne souriez pas, cela pourrait nous arriver un jour ou l'autre. En effet, l'an prochain, une loi, toujours en cours de réflexion déterminera si les livres pour enfants doivent passer l'épreuve des tests au plomb, si l'on doit interdire aux enfants de moins de 12 ans de se rendre en bibliothèque ou mieux... si rien de tout cela n'arrivera.
Toujours dans le cadre du Consumer Product Safety Improvement Act, adopté par le Congrès l'an passé, la sécurité des enfants est l'objet de toutes les attentions, et tout ce qui est susceptible de contenir du plomb sera passé à la moulinette, et en cas de rapport positif, détruit. Tout ça parce qu'en Chine, on met du plomb dans les jouets.
La loi américaine est en vigueur depuis le 10 février, mais heureusement, les établissements ont obtenu un délai d'un an, grâce aux revendications de l'American Library Association, pour tenter de faire changer le texte. Ou à défaut, d'en exclure les bibliothèques. Car jamais personne n'aurait pu, avant cette loi, envisager que les livres soient dangereux. C'est d'ailleurs le conseil général qui a insisté pour qu'on les ajoute à la liste des nocifs potentiels.
Alors certes, on pointe du doigt des puzzles, ou des jouets associé à des livres, qui seraient des dangers véritables s'il s'avérait qu'ils contiennent du plomb. Rappelons qu'au départ de cette polémique, c'était l'encre utilisée dans les livres datés d'avant 1985 à qui l'on reprochait la substance nocive.
Si au terme des discussions, la situation ne s'améliore pas et qu'alors une partie des fonds est déclarée dangereuse, l'alternative sera simple : tout remplacer, ce qui impliquerait un coût faramineux pour nombre d'établissements. Ou alors interdire l'accès aux enfants de moins de 12 ans. Entre se couper un bras et boire du pus, que pourraient préférer les bibliothèques américaines ?
D'autant que l'expertise d'un seul ouvrage peut coûter entre 300 et 600 $ par ouvrage et qu'il reviendra à l'établissement d'assurer ces frais. Dans une période où les budgets sont passablement compressés, on se demande tout bonnement si les États-Unis ne veulent pas tuer leurs bibliothèques.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine