Magazine Culture

Pourquoi écrire ? L'argent ne peut être que la seule motivation

Par Actualitté
Colm Toíbín, romancier irlandais vient de confirmer l'adage de Samuel Johnson, lancé voilà plus de 300 ans : « Aucun homme, excepté, un imbécile n'écrirait, sauf pour de l'argent. »
Car en dépit de l'estime que lui apporte son métier et en dépit des prix littéraires obtenus, Colm explique qu'il ne prend pas spécialement plaisir à écrire. « Il n'y a pas de plaisir. Excepté le fait que je n'ai pas à travailler pour quelqu'un qui m'intimide », explique-t-il, laconique.
D'ailleurs, si plaisir il y avait, il l'associerait à une forme de narcissisme qui lui déplaît et qu'il désapprouverait, alors dont acte. Alors, pourquoi écrire ? « L'argent. » Il ne savait pas que son livre serait un succès, mais l'argent reste un moteur d'écriture fondamental. « Cela n'a rien à voir avec le plaisir. J'apprécie la vente des droits étrangers, mais ce sentiment ne dure pas plus de vingt minutes. »
Récemment, Colm a remporté le prix International IMPAC Dublin, qui confère à son lauréat une somme de 100.000 €.
Charles Dickens disait qu'il était décidé à faire autant d'argent qu'il lui serait possible de brasser avec ses romans, Dostoïevski et Balzac se battaient avec leur livre pour échapper à leurs créanciers...
Quant à la gloire..., elle est essentiellement névrotique, estime Colm. « Je ne pense pas que nous ayons le droit de jouir de nos névroses, et je crois même que nous avons le devoir de ne pas le faire. »

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines