Magazine Culture

Guillon/Sarkozy : ça va mal finir pour France Inter

Publié le 03 mars 2009 par Boko

Les voyages en avion sont souvent funestes pour les hommes de pouvoir. C'est en avion que Lionel Jospin a perdu la présidentielle 2002 (pour mémoire: "Chirac est vieux, usé, fatigué") et c'est en avion que l'actuel chef de l'Etat vient de déclencher une bataille qui va lui coûter cher...

Ainsi a-t-on appris que le sixième président de la Ve République vient de se dénicher un adversaire à sa mesure: l'humoriste d'Inter Stéphane Guillon. Dans l'aeronef qui le ramenait de voyage en Italie, le chef de l'Etat, comme il est de coutume, a papoté avec les journalistes. De cette convsersation sur les grands problèmes du monde, de ces propos tenus "off", il a été retenu et porté à la connaissance du grand public que le chef de l'Etat n'apprécie pas l'humour de Stéphane Guillon dispensé sur France Inter, notamment les blagues relatives aux pulsions sexuelles de DSK et le côté "pot à tabac" de Martine Aubry.
Pourquoi tant de haine s'interroge-t-on ici et là? Penchez vous donc sur les deux thèmes relevés ici (sexualité et beauté) et vous découvrirez la réponse... Cela n'est surtout pas pour défendre Aubry et DSK que le président de la République se manifeste ainsi, c'est juste, parce qu'à l'instar de Joffre, il estime que la meilleure défense, c'est l'attaque, surtout lorsque l'on peut pratiquer l'attaque préventive...
Voici ce qui va advenir. En mai prochain, Jean-Paul Cluzel, président de Radio-France, ne sera pas reconduit dans ses fonctions. L'affaire Guillon a scellé son sort, c'est le chef de l'Etat qui l'a dit dans le même avion le ramenant de Rome. A la place, sera nommée une personnalité venue de la gauche, histoire de faire croire que l'ouverture continue, y compris dans les medias. Et cela ne sera pas Laurent Joffrin, contrairement à ce que l'on dit ici et là. Pourquoi? Parce qu'on le dit trop et que cela ne constituerait plus une surprise, or le chef de l'Etat se pique de surprendre, donc, ce sera une personnalité dont le nom n'aura jamais été évoqué... Logique... De plus, faut-il le rappeler, c'est lui tout seul qui nomme les présidents de l'audiovisuel public maintenant et il ne va pas se priver de faire joujou avec les rumeurs d'ici mai prochain...
Une fois nommée, cette personnalité dira le plus grand bien du bilan Cluzel. Nécessairement, elle sera interrogée sur le cas Guillon... Et là, royale, indépendante, elle dira tout le bien qu'elle pense de ce "talent formidable", de ce "bel esprit français, quel grand humoriste..." Et Guillon se dira, "Je suis trop fort les mecs...J'ai niqué Sarko!"
Et puis viendra l'été. Le nouveau président de Radio France (et ses directeurs divers et variés) travailleront à la grille de rentrée d'Inter... Il y aura des "inflexions de ligne éditoriale", "des réaménagements de grille", "des orientations stratégiques rénovées", "le choix de privilégier de nouvelles formes d'impertinence", etc...
Et à la mi-aout, c'est tellement plus romantique, Stéphane Guillon apprendra, par la grâce d'un écho de Renaud Revel, Emmanuel Beretta ou Guy Dutheil, qu'il ne figure plus dans cette grille de rentrée. Il ne sera pas viré, non, surtout pas! Simplement, les nouveaux choix éditoriaux auront imposé son départ, départ vécu comme "douloureux" par le nouveau président de Radio France. C'est ce qu'il dira, en tout cas, à la conférence de presse consacrée à la présentation des nouveaux programmes d'Inter. Il s'y montrera même rassurant, car il y déclarera: "Nous recherchons avec Stéphane, qui a bien compris qu'on ne pouvait pas faire autrement, tous les moyens de prolonger notre collaboration le plus rapidement possible..." Enfin, le nouveau président rappellera à l'ensemble de la presse qu'il a été nommé alors qu'il était de "gauche", qu'il l'ont tous écrit, et que par conséquent, il ne peut être "suspect de complaisance à l'égard du pouvoir" et que tout cela n'a rien à voir avec le cas Guillon...
Lorsque nous en serons là, nous méditerons tous. Nous méditerons sur le fait que France Inter, son président, son équipe de direction, ses animateurs, ses journalistes, ses techniciens, ses salariés, ses collaborateurs plus ou moins réguliers, qui tous présentent un bon bilan alliant audience et qualité des programmes, soient ainsi sanctionnés, car il s'agira bien d'une sanction, tout simplement parce que le chef de l'Etat, chef suprême des medias de ce pays, redoutait une blague de Guillon sur ses moeurs et son physique...
Nous méditerons alors sur la psychologie si particulière de notre président de la République. Pas trop longtemps quand même... Sinon, ça nous foutera trop les jetons...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par JOJO
posté le 03 mars à 20:45
Signaler un abus

Sarkozy est un dictateur moderne, non seulement il nome qui il veux ou il veux, et il élimine qui il veu ou il veu, La france est dans de beau dras , république totalitaire, manque plus qu'il fasse comme en tunisie qu'il agrandi son mandat a vie, oups j'ai donné une movaise idée qu'il pourais exploité

A propos de l’auteur


Boko 163 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines